Acte 66 des Gilets jaunes : à Rennes, des heurts éclatent avec les forces de l'ordre

Acte 66 des Gilets jaunes : à Rennes, des heurts éclatent avec les forces de l'ordre© Damien MEYER Source: AFP
images
Manifestation des Gilets jaunes à Rennes, le 19 janvier 2019 (image d'illustration).

Pour leur 66e semaine consécutive de manifestations, les Gilets jaunes ont lancé un appel national à se rassembler à Rennes. Non déclarée, la manifestation a été interdite par la préfecture. A Paris, un parcours sur les trois prévus a été prohibé.

Depuis plusieurs jours, les appels se sont multipliés sur les réseaux sociaux pour faire de Rennes (Ille-et-Vilaine) un lieu de rassemblement national à l'occasion de l'acte 66 des Gilets jaunes, ce 15 février. Interdite dans un périmètre assez large, la manifestation n'a pas tardé à tourner aux affrontements en plein centre-ville, comme en témoigne plusieurs vidéos publiées par le journaliste de terrain Jonathan Moadab.

«Usage du canon à eau sur les Gilets jaunes pacifistes», a-t-il commenté, images à l'appui.

Plusieurs milliers de manifestants formaient le cortège en début d'après-midi.

Et la tension n'a cessé d'aller crescendo, comme en témoignent nombre de vidéos diffusées sur Twitter. «Charge déclenchée alors qu aucun projectile n'avait été lancé ! Les FDO sont en roue libre !», s'indigne un manifestant sur place.

«Nouvelle charge de la police à Rennes», commente un autre internaute.

Au cœur des événements, Jonathan Moadab explique avoir reçu un coup de matraque au poignet gauche puis un coup de tonfa sur le doigt de la part des forces de l'ordre pour l'empêcher de filmer, bien qu'identifié «presse».

En amont du rassemblement, la préfecture d'Ille-et-Vilaine avait fait savoir que la manifestation «ne s’inscri[vai]t dans aucun cadre légal et [qu']aucun parcours n’a[vait] été défini», selon France Bleu.

A Paris, comme les semaines précédentes, trois parcours ont été déposés. Si deux d'entre eux, dont l'un au départ de Nation (XIIe) et l'autre de la Butte-aux-Cailles (XIIIe), ont été autorisés, la préfecture a interdit le troisième. Ce dernier doit partir de la préfecture de police pour aboutir à l’Elysée, passant symboliquement devant la plaque commémorative dédiée à Malik Oussekine, cet étudiant tué par la police en 1986.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»