«LBD 2020» et fauve éborgné : Emmanuel Macron pose avec un t-shirt contre les violences policières

- Avec AFP

«LBD 2020» et fauve éborgné : Emmanuel Macron pose avec un t-shirt contre les violences policières© Capture d'écran Twitter, @jrbaudot
Emmanuel Macron pose au côté du dessinateur Jul au festival de la BD d’Angoulême (Charente), en tenant un T-shirt sur lequel est écrit «LBD 2020», le 30 janvier.

Au festival de BD d'Angoulême, Emmanuel Macron a surpris son monde, ce 30 janvier, en posant avec un t-shirt dénonçant les violences policières, offert par le dessinateur Jul. Ce même jour, le président a récusé «le terme de violences policières».

A l'occasion d'un déjeuner entre le chef de l'Etat et des auteurs au Festival de la bande dessinée d'Angoulême (Charente), Emmanuel Macron a reçu des mains de Jul, dessinateur de Silex and the city, un t-shirt représentant un Fauve (la récompense attribuées à Angoulême) éborgné. Sous le dessin est écrit : «LBD 2020», référence au lanceur de balles de défense (LBD) et à l'acronyme choisi pour l'année de la BD (BD 2020).

Une photo du président de la République posant tout sourire avec son cadeau, postée par le dessinateur sur les réseaux, a immédiatement enflammé la Toile. Jul a précisé, à cette occasion, avoir eu «une longue conversation sur le sujet des violences policières» avec Emmanel Macron. 

Emmanuel Macron «récuse le terme de violences policières»

Interrogé un peu plus tard par la presse, dont l'AFP, Emmanuel Macron a déclaré qu'il «récusait le terme de violences policières», assurant que «la violence est d'abord dans la société». «Néanmoins de là où je suis je dois défendre la créativité, la liberté d'expression, y compris l'insolence et y compris la création d'artistes qui disent des choses [...] avec lesquelles je ne suis pas en accord», a encore affirmé le président. «Et s'il y a des policiers et des gendarmes qui ne respectent pas la déontologie, et je l'ai dit très clairement, je souhaite qu'ils soient poursuivis et sanctionnés de manière exemplaire», a-t-il ajouté.

Dans une ville quadrillée par de nombreuses forces de l'ordre, l'épisode a éclipsé le reste de la visite présidentielle qui visait à «montrer l'attachement» du chef de l'Etat «au dessin et à la bande dessinée», selon l'Elysée. La dernière visite présidentielle à Angoulême datait de 1985, sous la présidence Mitterrand.

Le chef de l’Etat a évité le centre ville, où environ 200 manifestants hostiles à la réforme des retraites, des avocats et une poignée d'auteurs, l'attendaient.

En l'absence du président, ces manifestants, rassemblés sur le parvis de l'Hôtel de Ville, ont copieusement chahuté et sifflé le ministre de la Culture Franck Riester, venu lancer l'année de la BD.

Lire aussi : Armement sublétal : le LBD 40 de Brügger & Thomet a-t-il bénéficié d'une décision de classement ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»