Intrusion au siège de la CFDT, revendiquée par une antenne de la CGT

Intrusion au siège de la CFDT, revendiquée par une antenne de la CGT© AFP Source: AFP
Siège de la CFDT à Paris (XIXe), décembre 2018 (image d'illustration).

La CGT Energie Ile-de-France a revendiqué, ce 20 janvier, une intrusion au siège de la CFDT, avec coupure d'électricité. Le syndicat réformiste est conspué par les opposants à la réforme des retraites pour sa position sur le sujet.

Ce 20 janvier, une intrusion au siège de la CFDT à Paris (XIXe) avec coupure d'électricité a été revendiquée par la CGT Energie IDF.

L'action est le fait d'une dizaine de syndicats CGT Energie d'Ile-de-France (Paris, 91, 93, 94, 95, 77, 78, Ouest IDF et Bagneux), a déclaré à l'AFP Cathy Fléchard de la CGT Energie Paris.

La semaine précédente, des membres de la Coordination RATP-SNCF s'étaient introduits «violemment» 

Plus tôt ce même jour, la CFDT avait porté plainte après l'intrusion dans son siège le 17 janvier d'opposants à la réforme des retraites, au cours de laquelle il y avait eu «des insultes», «des crachats» avec un salarié en incapacité temporaire de travail. La CFDT a déclaré avoir été victime d'un «groupement formé en vue de la préparation de violences contre les personnes ou de destructions ou de dégradation de biens», selon un récépissé délivré par le commissariat du XIXe arrondissement dont l'AFP a obtenu copie. Le 17 janvier, le chef de la CFDT Laurent Berger, avait tweeté que des «individus» s'étaient introduits «violemment» dans les locaux du syndicat à Paris. 

Selon l'AFP, il s'agissait d'une action de la Coordination RATP-SNCF, née aux premières évocations d'une grève illimitée, en octobre, contre la réforme des retraites.

La CFDT, favorable au principe d'un système de retraite par points, fait l'objet de critiques de la part des organisations et formations politiques exigeant un abandon pur et simple du projet de réforme des retraites. Après un courrier d'Edouard Philippe aux partenaires sociaux le 11 janvier dans lequel il se disait «disposé» à retirer du projet, sous conditions, le fameux âge pivot, Laurent Berger considérait cela comme une «victoire». «Nous avons obtenu le retrait de l’âge pivot, une victoire pour la CFDT ! Nous allons maintenant poursuivre notre action pour un système de retraite plus juste et solidaire !», avait-il déclaré, a contrario notamment de la CGT.

Lire aussi : Le siège parisien de la CFDT a été «vandalisé» après son appel à voter Macron (PHOTO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»