«Made in France» ? L'ensemble de l’armée française sera équipée de pistolets autrichiens

- Avec AFP

«Made in France» ? L'ensemble de l’armée française sera équipée de pistolets autrichiens© FRANCOIS LO PRESTI Source: AFP
Des membres du Groupe d'intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) participent à un exercice de sécurité intérieure à l'usine Bera-Descamps, à Noyelles-sur-Selle, le 22 mars 2019 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

La ministre française des Armées, Florence Parly, a annoncé le 6 janvier que la firme autrichienne Glock équiperait d'ici à 2022 l'ensemble des forces militaires françaises en remplacement des pistolets en service depuis les années 1950.

L'armée française a commandé près de 75 000 pistolets semi-automatiques à la firme autrichienne Glock pour équiper d'ici à 2022 l'ensemble de ses forces en remplacement des pistolets en service depuis les années 1950, a annoncé le 6 janvier le ministère des Armées.

Le marché de 74 596 pistolets passé par la Direction générale de l'armement (DGA) s'élève à 44 millions d'euros, selon un communiqué du ministère. Il comprend en outre des systèmes d'aide à la visée nocturne, également fournis par Glock, qui s'est allié à la société tchèque Sellier et Bellot pour les munitions et à l'entreprise américaine UTM pour les kits d'entraînement. L'avis de marché public, publié le 2 mars 2019, prévoyait la fourniture de 15 000 systèmes d'aide à la visée nocturne, 7 000 kits de réducteurs de son et 51 millions de cartouches.

Satisfecit de Florence Parly

Ces pistolets visent à remplacer le MAC 50, produit initialement par la Manufacture d'armes de Châtellerault, entré en service en 1953, et les PAMAS G1, produits à Saint-Etienne dans les années 1990. Les trois armées – terre (80% des livraisons), air (10%) et marine (8%) – et certains services interarmes sont concernés par cette acquisition. Les premières livraisons ont débuté fin 2019, d'après le communiqué.

Les pistolets Glock équipent déjà plusieurs unités françaises comme le GIGN, le Raid ou encore les forces spéciales. «Arme indispensable au combattant, ces pistolets incarnent le renouveau des équipements "à hauteur d'hommes" que la loi de programmation militaire permet», a salué la ministre des Armées Florence Parly dans un tweet. 

«Les mêmes efforts concernent les gilets pare-balles, les casques, les treillis. Les militaires déployés sur le terrain doivent être équipés et protégés selon les meilleurs standards», a-t-elle ajouté.

Fin du «vieillissant» Famas 

L'armée française est engagée dans un vaste processus de renouvellement des équipements de ses soldats. Jugé «vieillissant» par la ministre des Armées, le fusil d'assaut Famas est ainsi progressivement remplacé par le HK416F, de fabrication allemande, dont 12 000 exemplaires doivent être livrés en 2020.

Cette année doivent également débuter les livraisons du nouveau fusil de précision SCAR, fabriqué par le belge FN Herstal en association notamment avec l'allemand Telefunken-Racoms et le belge OIP Sensor Systems. Il permet des tirs de jour comme de nuit jusqu'à 800 mètres.

Et les équipementiers français dans tout ça ? La PME française Verney Carron, dernier fabricant français doté d'une grosse capacité industrielle, s'est retrouvée hors compétition. Selon les Echos, la DGA a écarté la PME (13,6 millions de chiffre d'affaires) «de peur qu'elle ne remporte le marché mais n'ait ensuite pas les moyens de faire face aux besoins importants de l'armée française».

Le contrat, d'un montant de 100 millions d'euros, a été notifié le 13 décembre et comprend la livraison de 2 620 exemplaires d'ici à la fin 2021, selon un communiqué séparé. Quelque 25 000 casques doivent par ailleurs être livrés cette année ainsi qu'une partie des 96 800 gilets pare-balles à remplacer d'ici à 2025.

Lire aussi : LBD, munitions, grenades : les armes du maintien de l'ordre sont-elles vraiment toutes classées ?

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix