L'Assemblée nationale débat sur les migrants : suivez les discussions

Le Premier ministre Manuel Valls.© Philippe Wojazer Source: Reuters
Le Premier ministre Manuel Valls.

Une séance parlementaire est en cours à l'assemblée. Au programme l'accueil et la gestion des réfugiés qui débarquent massivement en Europe, par voie de mer ou de terre. Suivez en direct les temps forts des débats.

  • «Près de 90% des réfugiés se trouvent aujourd'hui dans des pays considérés comme en retard économiquement» alors qu'«en France, la demande d'asile reste constante [...] avec seulement un demandeur d'asile pour 1 000 habitants».

  • Le député veut un code pour «faciliter l'accueil des immigrants légaux». Il a rappelé les images de la crise des boat people de 1979 et se demande si nous pouvons encore «être cette France là».

  • Coronado rappelle que la France reçoit «10% des demandes d'asile» mais ne les accepte qu'à environ 40%. Il dit que l'accueil de 24 000 réfugiés est «modeste».

  • Vigier affirme que la crise nous rappelle d'être «intransigeant face à la haine» et de «mettre l'éducation au coeur de notre développement».

  • Le député dit que la cause est que «les Européens ont été incapables de mettre en place une politique migratoire commune». Il veut que tous les Etats «participent à l'effort d'accueil».

  • «Nous devons suspendre le regroupement familiale des migrants économiques, c'est une condition essentielle pour accueillir les réfugiés auxquels nous devons protection», a dit le député. Il a ajouté qu'il soutenait la décision d'accueillir 24 000 réfugiées car «cette décision fait l'honneur de la France»

  • «Nous vous appelons à refonder entièrement votre politique migratoire, dans le respect de la loi», a-t-elle exhorté le Premier ministre.

  • «Nous ne pouvons pas héberger toute la misère du monde» a-t-elle déclaré, citant Michel Rocard et ajoutant qu'il faut «renforcer les contrôles et renégocier Schengen».

  • L'ancienne ministre a demandé au Premier ministre de faire agir son administration : «votre gouvernement doit user de tout son pouvoir pour faire agir les pays du golfe».

  • «Notre souhait le plus cher est de rentrer chez nous, n'oublions jamais ce message», a appelé Valérie Pécresse, citant des témoignages de réfugiés.

Le Premier ministre Manuel Valls a ouvert les débats autour de la question des réfugiés, mercredi 16 septembre. Le chef du gouvernement a insisté sur le rôle que la France jouait dans cette crise, «la plus importante depuis 1945» a-t-il rappelé. Il a appelé l'hémicycle à faire preuve de «lucidité» et de «fermeté» face à la situation, tout en conservant son «humanité» : «certains en sont venus à vouloir trier en fonction des religions. C'est n'est pas la France. Ce n'est pas le droit d'asile».

Dans ce discours d'introduction, Valls doit faire des annonces concernant les mesures prises par la France pour régler la crise. Des mesures financières et militaires sont attendues. Il a annoncé qu'il refuserait les discours disant qu'il faut tout fermer comme ceux disant qu'il faut tout ouvrir.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales