L'édile de Nantes dénonce un «acte criminel» après une explosion visant une mairie de quartier

L'édile de Nantes dénonce un «acte criminel» après une explosion visant une mairie de quartier© Loïc Venance Source: AFP
La mairie annexe de Nantes sud, le 17 décembre 2019, à Nantes.

Le maire PS de Nantes, Johanna Rolland, a dénoncé un «acte criminel», à propos d'une explosion survenue au niveau du bâtiment d'une mairie annexe. Une enquête a été ouverte et confiée à la police judiciaire.

Une explosion a eu lieu au niveau d’un bâtiment d'une mairie de Nantes dans la nuit du 16 au 17 décembre. «Il y a eu une explosion. La porte de la mairie de quartier de Nantes sud a volé en éclat. [...] il n'y a pas blessé », a ainsi déclaré la mairie à l'AFP.

Selon la police, une «substance explosive» a endommagé la porte d’entrée du bâtiment, aux alentours de 00h30. Une enquête a été confiée à la police judiciaire.

A 9h ce 17 décembre, un panneau en bois barrait l’entrée principale de la «mairie de quartier de Nantes sud», selon un photographe de l’AFP.

Venue sur place dans la matinée, le maire socialiste de la ville, Johanna Rolland, s’est adressée aux journalistes : «Je peux vous confirmer qu’il s’agit bien d’un acte criminel […] Ce qui s’est produit est extrêmement grave. C’est la maison commune des Nantais qui est attaquée. C’est un des éléments, un des symboles de la République qui est attaqué et dans ces cas-là évidemment que la ligne de réponse doit être l’impunité zéro.»

Un journaliste de France Télévisions a mis en ligne sur Twitter des clichés de l’intérieur de cette mairie, sur lesquels on peut voir les dégâts causés par l’explosion.

D’après un communiqué de la direction départementale de la sécurité publique (DDSP) de Loire-Atlantique, une «très forte odeur de poudre» a été constatée juste après la détonation. Elle a causé «le bris de deux portes d’entrée double vitrage de l’établissement». Toujours selon le document de la DDSP44, aucune «trace d’incendie et de produit inflammable [n’a été] constaté[e]». «A ce stade, il semblerait qu’il n’y ait aucune entrée dans les lieux par le ou les auteurs», a expliqué la DDSP44, ajoutant qu'une «revendication» avait été observée à proximité.

Selon des images évoquées par l'AFP, les murs d'un marché couvert proche de la mairie annexe, étaient couverts de tags parmi lesquels : «Saleté fusillades Attentat!», «Merci Johanna» et «Explosion Clos Toreau [le nom de la mairie de quartier visée] 0h25»".

Lire aussi : Suivie, la candidate LREM à Lille se retranche dans sa permanence : un homme en garde à vue

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»