Retraites : 4 fédérations de la CGT donnent une semaine au gouvernement pour «arrêter de s’entêter»

Retraites : 4 fédérations de la CGT donnent une semaine au gouvernement pour «arrêter de s’entêter»© Damien MEYER Source: AFP
Des travailleurs du rail arborant le logo de la CGT à Rennes le 10 décembre 2019 (image d'illustration).

Face à la réforme des retraites voulue par le gouvernement, quatre fédérations de la CGT haussent le ton dans un communiqué, menaçant de démultiplier les appels à la grève dans toutes les entreprises.

Les fédérations CGT «Cheminots», «Transports», «Mines et Énergie» et «Industries chimiques» ont, viaun communiqué daté du 15 décembre, lancé un ultimatum d'une semaine au gouvernement, appelant l'exécutif à «arrêter de s’entêter» dans le cadre de la réforme des retraites et à retirer son projet.

Mentionnant le dernier rapport du Conseil d’orientation sur les retraites, les auteurs du communiqué précisent que «la réforme n’a aucun caractère d’urgence financière». «Le gouvernement a construit cette réforme et cherche à l’imposer de manière très idéologique, sans lien avec les besoins réels», écrivent les autre fédérations de la CGT, affirmant pour leur part avoir «formulé de nombreuses propositions de financements nouveaux qui régleraient les difficultés conjoncturelles».

Le texte syndical évoque notamment «le sacrifice de leur salaire» faits par les salariés grévistes et demande au chef de l'Etat de «ne pas opposer aux citoyens du pays sa légitimité électorale puisque sa promesse de campagne n’est pas du tout conforme au projet actuel».

Le communiqué rappelle également les répercussions liées à l'affaire Jean-Paul Delevoye, Haut-commissaire aux Retraites actuellement épinglé pour défaut de déclaration de mandats. «Les multiples révélations sur les occupations diverses du rapporteur du projet, dont certaines établissent un lien direct avec le monde de l’assurance, achèvent de détruire la crédibilité de cette réforme», écrit la CGT.

Et les quatre fédérations de s'engager à «démultiplier les appels à la grève dans toutes les entreprises et accroître encore le niveau des manifestations [...] si le Premier ministre s’acharne à affirmer que "le pays est perturbé mais pas bloqué"».

Ce communiqué intervient dix jours après le début d'une grève interprofessionnelle à l'échelle nationale. Malgré l'approche des fêtes et les complications de transports liées au mouvement social, celui-ci serait pour l'heure plébiscité par une majorité de Français : selon un nouveau sondage de l'Ifop publié dans le Journal du dimanche du 15 décembre, 54% des Français «soutiennent ou nourrissent de la sympathie» pour la mobilisation contre la réforme des retraites et 30% lui sont hostiles.

Lire aussi : Ne pas priver les Français de Noël: Philippe appelle les grévistes à prendre leurs «responsabilités»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»