#JeNeSuisPasCharlie : caricature sur le garçon syrien noyé, les réseaux sociaux en colère

Un numéro de Charlie Hebdo Source: Reuters
Un numéro de Charlie Hebdo

Une vague d’indignation a déferlé sur Twitter et Facebook suite à la publication par le fameux hebdomadaire Charlie Hebdo de caricatures mettant en scène le petit garçon syrien Aylan Kurdi noyé lors d’un voyage périlleux à travers la Méditerranée.

Dans une nouvelle édition baptisé «Bienvenue aux migrants !», on trouve une image horrible de ce garçon de trois ans qui git le visage dans le sable. «Si près du but…» lit-on en légende de l’image (le contenu attaché en hyperlien peut heurter la sensibilité du public), alors qu’on voit près du corps d’Aylan un panneau publicitaire de McDonald’s avec le visage souriant du clown : «deux menus enfant pour le prix d’un».

Une autre page est barrée du titre «La preuve que l’Europe est chrétienne» et montre un homme, apparemment Jésus, qui marche sur l’eau et les pieds d’un enfants noyé. «les chrétiens marchent sur les eaux, les enfants musulmans coulent», peut-on lire sur la caricature.

La photo d’ Aylan Kurdi a défrayé l’actualité et est devenue un symbole pour la crise de réfugiés que traverse l’Europe. Il est mort à côté de son frère Galip et de sa mère Rehen en mer Egée, en essayant d’atteindre l’île grecque de Kos.

En savoir plus : Dominique Vidal, choc des images, poids de l'émotion et réflexion sur la photo de l'enfant syrien

Les internautes ont partagé leur colère sur les réseaux sociaux, en qualifiant Charlie Hebdo de «racistes» qui ne méritent pas d’être appelés journalistes. Nombreux sont ceux qui repensent leur ancienne position en soutien de l’hebdomadaire satirique, réunis sous le hashtag #jenesuispascharlie.

Le hashtag #jesuischarlie a été lancé en signe de solidarité suite à une attaque sur la rédaction de Charlie Hebdo le 7 janvier 2015 à Paris. L’attaque menée par Saïd et Cherif Kouachi, a fait 12 morts, et le nombre total des victimes en prenant compte des autres incidents qui ont suivis a atteint 20 personnes.

Cet attentat aurait été lié à l’affaire des caricatures du prophète Mohamed, dont l’image à elle seule est interdite dans l’islam.

Le monde entier s’est ému de cette attaque envers la liberté de la presse et avait témoigné soutien et sympathie aux éditeurs du journal, en estimant que Charlie Hebdo lutte pour la liberté d’expression.

Mohamed n’est pourtant pas le seul objet du satire de l’hebdomadaire : à la une de Charlie Hebdo, ont aussi paru les caricatures sur le Pape François et la Vierge Marie.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales