Un indicateur de la DGSI mis en examen dans l'enquête sur les attentats de Trèbes et de Carcassonne

Un indicateur de la DGSI mis en examen dans l'enquête sur les attentats de Trèbes et de Carcassonne Source: AFP
La police sécurise les rues aux alentours d'un supermarché de Trèbes où le terroriste Radouane Lakdim s'était retranché avec des otages.

Un ancien militaire et indicateur de la DGSI a été mis en examen dans l'enquête sur les attaques de Trèbes et Carcassonne. Soupçonné d'avoir fourni l'arme au terroriste, il assure au contraire avoir alerté sur la radicalisation de Radouane Lakdim.

Un huitième suspect a été mis en examen le 3 octobre 2019 pour les attentats qui ont frappé Trèbes et Carcassonne en mars 2018, selon Le Parisien dans son édition du 2 décembre 2019. Il est soupçonné d'avoir fourni au terroriste franco-marocain Radouane Lakdim l'arme qui lui a permis de commettre ses tueries, un pistolet de marque Ruby.

L'homme mis en examen était, d'après le quotidien de la capitale, un indicateur de la Direction Générale de la Sécurité Intérieure (DGSI), le service de renseignement intérieur français. Ancien militaire converti à l'islam et âgé d'une quarantaine d'années, il jouirait, selon ses termes, d'une aura de «grand frère» dans les quartiers sensibles de l'Aude.

L'individu se défend d'avoir fourni l'arme au terroriste, et assure même avoir signalé la radicalisation de Lakdim à ses supérieurs dès 2014. Conformément au protocole des services de renseignement, l'homme devait rendre compte une fois par mois à ses agents traitants sur le comportement de Radouane Lakdim. Le terroriste était en effet «fiché S», ce qui signifie qu'il était sous la surveillance des services secrets.

L'indicateur a été mis en examen pour «association de malfaiteurs terroriste criminelle» et «détention et cession d’armes de catégorie A et B en relation avec une entreprise terroriste». Fait rarissime dans des affaires de terrorisme, il a été libéré et placé sous contrôle judiciaire, et ce contre l’avis du parquet national antiterroriste.

Le 23 mars 2018, 4 personnes avaient perdu la vie lors des attentats de Trèbes et de Carcassonne. Le sacrifice et la mort d'Arnaud Beltrame, lieutenant-colonel de gendarmerie, avait profondément marqué l'opinion publique française.

Lire aussi : Syrie, le Parlement européen appelle les Etats membres à rapatrier les enfants de djihadistes

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»