Assistants d'eurodéputés MoDem : Sylvie Goulard mise en examen pour «détournement de fonds publics»

Assistants d'eurodéputés MoDem : Sylvie Goulard mise en examen pour «détournement de fonds publics»© KENZO TRIBOUILLARD / AFP Source: AFP
Sylvie Goulard, le 10 octobre 2019 au Parlement européen à Bruxelles, lors de son audition par les eurodéputés.

L'ancienne candidate de la France à la Commission européenne a été mise en examen le 29 novembre pour «détournement de fonds publics», dans le cadre de l'enquête sur les emplois présumés fictifs des assistants d'eurodéputés MoDem, selon l'AFP.

L'affaire des emplois présumés fictifs d'eurodéputés MoDem vient de prendre un nouveau tournant. Le 29 novembre, Sylvie Goulard, ex-candidate de la France à la Commission européenne et ancienne eurodéputée MoDem, a été mise en examen pour «détournement de fonds publics» le 28 novembre, à l'issue de son audition au tribunal de Paris. 

Le 10 septembre, l'ancienne ministre des Armées avait été entendue dans le cadre de la même affaire, sous régime de l’audition libre, dans les locaux de l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (Oclciff) à Nanterre. François Bayrou et l’ancienne eurodéputée Marielle de Sarnez avaient été entendus le lendemain dans la même affaire.

Après une enquête préliminaire du parquet de Paris en mars 2017 visant une vingtaine d’eurodéputés de tous bords, puis une enquête visant le MoDem, une information judiciaire contre X avait été ouverte en juillet 2017 pour abus de confiance, recel d’abus de confiance et escroqueries. L’affaire avait conduit Sylvie Goulard, Marielle de Sarnez et François Bayrou à démissionner du gouvernement, moins d’un mois après leur nomination.

Désavouée à la Commission européenne

L'ancienne ministre des Armées avait échoué à être nommée dans la nouvelle Commission européenne en raison, notamment, de cette enquête. Sa candidature avait été rejetée par les eurodéputés à une écrasante majorité de 82 voix contre 29 et une abstention. Ils doutaient de sa probité en raison de cette affaire.

Des interrogations avaient également été émises sur ses activités ayant justifié d'importantes rémunérations obtenues entre 2013 et 2016 de l'institut Berggruen, un think tank américain fondé par le milliardaire germano-américain Nicolas Berggruen. En tant que consultante, elle aurait ainsi touché plus de 10 000 euros mensuels entre octobre 2013 et janvier 2016, alors qu'elle était eurodéputée.

Ce vote avait provoqué la stupéfaction du chef de l'Etat français : «On m'a dit : "Votre nom est formidable, on le prend.", et puis [...] on me dit : "Finalement on n'en veut plus"», avait déclaré le président de la République.

Lire aussi : «Je ne comprends pas» : Macron désemparé face au rejet de Sylvie Goulard par le Parlement européen

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»