«Nocif pour l'enfant» : le tribunal de Dijon refuse le prénom Jihad

- Avec AFP

«Nocif pour l'enfant» : le tribunal de Dijon refuse le prénom Jihad© Hannah McKay Source: Reuters
Un bébé pendant une manifestation sur le changement climatique à Londres, en septembre 2019 (image d'illustration).

Le tribunal de Dijon a tranché : un enfant ne pourra pas porter le prénom Jihad, considérant qu'il pourrait être «nocif pour l'enfant et de nature à lui poser des problèmes». Il sera remplacé par le prénom Jahid, selon le parquet.

Le tribunal de Dijon a annulé le 27 septembre le prénom Jihad donné il y a presque un an par une mère à son nouveau-né, et que la justice considère comme ayant une «acception péjorative», a appris l'AFP auprès du parquet.

«Le tribunal n'accepte pas ce prénom car il considère qu'il peut être nocif pour l'enfant et de nature à lui poser des problèmes», a précisé à l'AFP le parquet de Dijon, soulignant la prise en compte de «l'intérêt supérieur de l'enfant». «Le prénom Jihad, qui a une acception péjorative car associé à des mouvements islamistes, est remplacé par le prénom Jahid qui, en arabe, a la même acception d'"effort", de "courage"», sans être associé à la notion de guerre, a ajouté la même source.

L'affaire avait éclaté début novembre 2018 quand la mairie de Dijon avait saisi la justice familiale en vue de cette annulation.

«Même si le prénom de Jihad ou Djihad est un prénom attribué dans le monde arabe et qui signifie (...): combat sacré; guerre sainte; travail; effort et qu'il peut donc avoir un sens positif, il n'en demeure pas moins que dans l'opinion publique et au vu du contexte terroriste actuel, ce prénom est nécessairement associé aux mouvements islamistes intégristes», avait alors expliqué à l'AFP le procureur de la République de Dijon Éric Mathais. Ce dernier avait souligné craindre pour l'enfant «une stigmatisation, voire des moqueries ou des remarques désobligeantes».

La mère du petit garçon, interrogée dans le quotidien régional Le Bien Public, avait assuré qu'en cas de refus du tribunal, elle «échangerait deux lettres» pour obtenir le prénom Jahid, comme cela avait été le cas en avril 2018 pour le nourrisson d'un couple de Haute-Garonne dans une affaire similaire. La jeune femme avait également précisé qu'elle se réservait «le droit de faire appel à un avocat» pour contester la décision si les motivations du refus ne lui «convenaient pas».

Lire aussi : Nice : un bébé nommé Mohammed Merah, la justice saisie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»