Main arrachée d'un Gilet jaune : la LDH «indignée» que le parquet classe sans suite la plainte

Main arrachée d'un Gilet jaune : la LDH «indignée» que le parquet classe sans suite la plainte© JACQUES DEMARTHON Source: AFP
Il n'y aura pas de procès pour le Gilet jaune ayant eu sa main arrachée (image d'illustration).

Ayhan avait porté plainte après avoir eu sa main arrachée par une grenade GLI-F4, lancée par les forces de l'ordre, lors d'une mobilisation des Gilets jaunes à Tours le 1er décembre. Le parquet n'a pas donné suite. La LDH est outrée.

Le 13 septembre, la Ligue des droits de l'Homme (LDH) d'Indre-et-Loire a réagi à la décision du 23 juillet du parquet de Tours de classer sans suite la plainte d’Ayhan P..

Ayhan P. est un manifestant ayant eu la main arrachée par une grenade GLI-F4, le 1er décembre lors de l'acte 3 des Gilets jaunes. «Pour justifier [l']emploi [de la grenade GLI-F4], l’Etat prétend qu’elle "est l’ultime recours pour se dégager d’un groupe agressif". La vidéo publiée par le journal Libération montre toutefois que la grenade qui a grièvement blessé Ayhan a été lancée au milieu d’une foule calme», s'étonne la LDH, qui poursuit : «La section tourangelle de la Ligue des droits de l’Homme est indignée par la décision de classement sans suite du parquet de Tours qui fait fi de l’article préliminaire du code pénal selon lequel "l’autorité judiciaire veille à l’information et à la garantie des droits des victimes au cours de toute procédure pénale".»

Après la plainte contre X déposée par Ayhan P. pour blessures involontaires, le parquet a en effet estimé que «les faits de la procédure n’ont pu être clairement établis par l’enquête». «Les preuves ne sont pas suffisantes pour que l’infraction soit constituée et que des poursuites pénales puissent être engagées», est-il ajouté. Toutefois, comme le rappelle La Nouvelle République le 10 septembre, Ayhan P. s'est constituée partie civile en vue d’une nouvelle instruction.

Le 1er décembre à Tours, alors que les vidéos montraient des manifestants effectivement calmes, une grenade de type GLI-F4 avait atterri au milieu de la foule. L'un d'entre eux, un certain Ayhan P., inconscient d'avoir affaire à une grenade explosive, l'avait alors ramassé, et s'était fait arracher la main par l'explosion. Ayhan P. a d'ailleurs raconté, par la suite, au quotidien Libération le moment où il perdait sa main : «J’étais persuadé que c’était du gaz lacrymogène, sinon je n’y aurais jamais touché. Je l’ai ramassée de la main droite et elle a explosé.»

Lire aussi : Le Défenseur des droits recommande une «réflexion approfondie» sur les grenades de désencerclement

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»