Lutte anti-terroriste : Cazeneuve sollicite la coopération des géants de l’Internet

Photo by Chesnot/Getty Images
Photo by Chesnot/Getty Images

Le ministre français de l’Intérieur Bernard Cazeneuve, durant une visite aux Etats-Unis, a demandé à Google, Facebook, Microsoft et Twitter d’aider des responsables français dans leurs enquêtes et de réagir immédiatement à la «propagande terroriste».

«Lorsque des enquêtes sont en cours destinées à éviter la commission de nouveaux actes terroristes, il est important que la coopération soit efficace et que les réponses soient rapides», le ministre français de l’Intérieur a indiqué à Associated Press en sortant d'une réunion avec des représentants de géants de la technologie.

Le ministre a visité San Francisco et la Silicon Valley vendredi et a invité les dirigeants des entreprises high tech à venir à Paris en avril afin de renforcer la collaboration dans la lutte contre la propagande terroriste sur Internet qui s’est accentuée en  après les attentats parisiens.

Bernard Cazeneuve dit avoir «beaucoup insisté sur l'intérêt que représente Internet pour développer le contre-discours, c'est-à-dire des messages qui viennent contrarier ces messages d'endoctrinement sectaire des groupes terroristes et qui permettent de protéger nos ressortissants les plus vulnérables, notamment les jeunes»

Auparavant, le ministre a noté que «les Français sont des grands partisans de la liberté d’expression», comme l’a rapporté Reuters.

Cependant, les porte-paroles de Twitter, Facebook et Google n’ont pas fait savoir s’ils allaient obtempérer à la demande du ministre français.

«Nous accueillons régulièrement des ministres et des responsables gouvernementaux à Facebook et nous sommes contents d’accueillir Monsieur Cazeneuve aujourd’hui», un responsable des relations publiques de Facebook a simplement déclaré. «Nous travaillons avec acharnement afin de nous assurer que des terroristes ou des groupes terroristes n’utilisent pas notre site, et nous supprimons aussi les messages qui soutiennent et encouragent le terrorisme».

D’après le ministre français, Internet et les réseaux sociaux en particulier sont devenus un domaine où des groupes tels que  (EI) peuvent promouvoir leur idéologie et recruter de nouveaux partisans. On estime que plus de 400 citoyens français sont impliqués dans les conflits en Irak ou en Syrie comme combattants étrangers de l’EI.

Il y a un peu plus d’une semaine, de nouveaux décrets ont été publiés en France afin de mettre en œuvre une loi permettant au gouvernement de bloquer les contenus dits «dangereux», mais Cazeneuve estime que les médias sociaux portent également la responsabilité de ces contenus.

Deux hommes armés ont tué 12 personnes et en ont blessé 11 autres le 7 janvier dernier dans la salle de réunion de l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo. Dans les deux jours qui ont suivi, un troisième agresseur a tué une policière et abattu quatre autres personnes après avoir pris d’assaut un supermarché casher dans la capitale française. Les trois terroristes ont été éliminés par la police.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales