La capitaine du Sea Watch refuse une médaille de Paris, la mairie tente de plaider sa cause

La capitaine du Sea Watch refuse une médaille de Paris, la mairie tente de plaider sa cause© LOCALTEAM Source: AFP
Le navire Sea Watch 3 en juin 2019, près de l'île italienne de Lampedusa.

En juillet dernier la Ville de Paris avait l'intention de récompenser la capitaine du Sea Watch 3 pour ses opérations de sauvetage en Méditerranée. Mais celle-ci a refusé, mettant en cause l'action de Paris en matière d'accueil de migrants.

C'est un camouflet cinglant, et embarrassant, pour la Ville de Paris qui s'efforce d'accueillir les migrants mais qui peine à absorber le flux migratoire. Alors que la mairie avait annoncé, le 12 juillet, vouloir remettre une médaille honorifique aux deux capitaines allemandes du Sea Watch 3, Carola Rackete et Pia Klemp, pour leur action de sauvetage de migrants en Méditerranée, la seconde a décliné l'offre le 20 août.

«Madame Hidalgo, vous voulez me décorer pour mon action solidaire en mer Méditerranée [...] Simultanément, votre police vole les couvertures de gens contraints de vivre dans la rue, pendant que vous réprimez des manifestations et criminalisez des personnes qui défendent les droits des migrants et des demandeurs d’asile», a accusé Pia Klemp.

Face à cette rude mise en cause, Anne Hidalgo a annoncé, le 21 août, son intention de tenter d'établir le dialogue avec la bouillonnante capitaine du Sea Watch 3. «Dominique Versini, adjointe en charge des solidarités et de la lutte contre l'exclusion, va contacter Pia Klemp très rapidement pour lui proposer de la rencontrer et discuter de l'action de la Ville sur l'accueil des migrants», a précisé la mairie. «La Ville de Paris est totalement mobilisée pour soutenir les réfugiés, pour les mettre à l'abri, et assurer un accueil digne et respectueux de leur humanité», a-t-on encore fait valoir à l'Hôtel de Ville, selon l'AFP.

L'autre capitaine du Sea Watch, Carola Rackete, avait été arrêtée fin juin 2019, avant d'être remise en liberté, pour avoir accosté de force dans l'île italienne de Lampedusa, pour faire débarquer 40 migrants qui se trouvaient sur son bateau depuis plus de deux semaines.

Lire aussi : Martine Aubry prend les devants pour proposer d'accueillir des migrants de l'Open Arms à Lille

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»