Grève des urgences : le gouvernement temporise, les urgentistes s'agacent

Grève des urgences : le gouvernement temporise, les urgentistes s'agacent© PHILIPPE HUGUEN Source: AFP
Les urgences de Lille (image d'illustration).

En grève depuis plus de cinq mois, les urgences agitent la rentrée politique. Pourtant, le ministère de la Santé assure constater un déclin de la mobilisation et avoir réglé des situations «localement». Le collectif Inter-Urgences proteste.

Le gouvernement minimise-t-il la crise au sein du monde hospitalier pour discréditer la grève ? Mobilisées depuis plus de cinq mois pour certains services, les urgences risquent de perturber la rentrée politique du gouvernement et sa recherche constante d'économie dans la fonction publique.

Pour apaiser la colère, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a affirmé que de nouvelles mesures arriveraient à la rentrée, sans préciser le contenu de celles-ci. Et pour calmer davantage les récalcitrants, le ministère a attesté que «la mobilisation [était] très diverse et en déclin à certains endroits», regrettant que «certains services rest[aient] en grève par solidarité alors même que les situations [avaient] été réglées localement».

Une sortie qui a fait bondir le collectif Inter-Urgences, dans un communiqué diffusé sur Twitter : «Non les situations sont loin d'être réglées localement !»

Au passage, Inter-Urgences prend l'exemple d'un triste record établi le 14 août, à Saint-Quentin, où un patient de 70 ans a «stagné aux urgences pendant six jours et 12 heures». «Un record dans un contexte où la direction fait la sourde oreille sur les revendications du personnel», a poursuivi le collectif.

Le ministère de la Santé a communiqué le 14 août avoir recensé 195 services d'accueil des urgences en grève. Pour Inter-Urgences, ils seraient en réalité 218.

Mi-juin, Agnès Buzyn, a débloqué 70 millions d'euros pour apaiser la colère des soignants. Les grévistes demandent une amélioration de leurs conditions de travail, notamment pour mieux assurer l'accueil des patients. Les autres doléances qui reviennent en boucle portent sur les heures supplémentaires non-prises en compte, les rappels incessants pour les besoins du service, l'alternance jour/nuit en raison du manque de personnel nocturne dédié dans certains services, ou encore les congés fractionnés... 

Lire aussi : Précarité, désert médical... En colère, les urgentistes poursuivent la grève en été

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»