L'image d'un policier semblant étrangler un homme a bien été prise à Nantes lors d'une manifestation

L'image d'un policier semblant étrangler un homme a bien été prise à Nantes lors d'une manifestation© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Un homme interpellé à Nantes lors d'une manifestation contre les violences policières (image d'illustration).

En marge d'un rassemblement à Nantes contre les violences policières, un homme de 51 ans a été violemment interpellé par un agent de la BAC. Capturée en images par des reporters présents sur place, la scène a fait le tour des réseaux sociaux.

Un policier casqué semblant étrangler un homme maintenu au sol : cette image en noir et blanc a fait le tour des réseaux sociaux. Alors que des internautes s'interrogeaient sur la provenance du cliché, certains soupçonnant qu'il ait été pris à Moscou lors de récentes manifestations de l'opposition, il s'agit en réalité d'une photographie de Bsaz, réalisée le 3 août à Nantes. L'individu interpellé a été retrouvé par la suite par Libération : Bruno Kaïk, un traducteur interprète de 51 ans qui vit à La Rochelle.

La scène a en effet eu lieu lors d'une manifestation contre les violences policières, émaillée de débordements, en marge d'un rassemblement pour le jeune Steve Maia Caniço, disparu à Nantes après la dispersion violente par la police d'une soirée, et dont le corps a été retrouvé dans la Loire.

Comme le rapporte le site CheckNews de Libération, la même scène a également été filmée, notamment par le reporter Mezone. Sur ses images, on voit Bruno Kaïk, torse nu, s'approcher et s'adresser aux policiers en faisant de grands gestes. Alors qu'il semble rebrousser chemin, un policier se rue vers lui puis le plaque violemment au sol, une main serrant le cou du civil. Un coup de matraque force le caméraman à reculer alors que l'interpellation se poursuit.

Auteur: RT France

Le reporter, interrogé par Libération, assure que le manifestant s'était avancé «vers la BAC pour leur dire qu’un homme était à terre, juste un peu plus loin, pour leur demander de se calmer.»

Sur d'autres images diffusées sur Twitter, on peut distinguer Bruno Kaïk au pied de l'agent de la BAC qui l'a interpellé. Menotté, il éprouve de sérieuses difficultés à respirer.

Version contre version

Pour justifier cette violente interpellation dans un contexte de heurts, le Service d’information et de communication de la police (Sicop) affirme que l'homme avait «jeté une bouteille en verre contre un policier» (une scène qui n'est pas visible sur les images), ce que reconnait Bruno Kaïk, précisant toutefois que le projectile a atterri «devant les policiers, à quelques mètres d’eux». «C’était plus symbolique qu’autre chose. Il n’y avait aucune intention de blesser. Dans tous les cas, leur réaction a été complètement disproportionnée», ajoute encore l'homme interpellé, interrogé par Libération.

Mais que s'est-il passé après l'interpellation filmée ? Les version divergent. Les forces de l'ordre affirment avoir conduit Bruno Kaïk à l'hôpital «parce qu’il était incommodé par les gaz lacrymogènes». Mais ce dernier dément, assurant avoir reçu d'autres coups à l'abri des appareils photos et autres téléphones portables. «J’ai été violemment strangulé jusqu’à l’étouffement par un membre de la BAC. Avant de m’évanouir et de rester inconscient pendant plusieurs minutes», confie-t-il à CheckNews.

Le rapport d'observation médicale du CHU de Nantes stipule pour sa part que l'homme de 51 ans a été «amené par les pompiers en urgence» après avoir été retrouvé «inconscient sur la voie publique». Sorti de l'hôpital plusieurs heures plus tard, Bruno Kaïk a ensuite été placé en garde à vue durant 24 heures, puis relâché. Une enquête préliminaire se poursuit.

Lire aussi : #JusticePourSteve : plusieurs rassemblements, heurts à Nantes

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»