Ecroulement à Marseille : traumatisme et insalubrité hantent toujours les habitants (REPORTAGE)

Le 5 novembre 2018, deux immeubles de la rue d'Aubagne, au cœur de Marseille, s'écroulaient, faisant huit morts. Huit mois après le drame, les riverains dénoncent toujours un abandon des services publics. Reportage.

En novembre 2018, l’effondrement de deux immeubles de la rue d'Aubagne à Marseille, causant la mort de huit personnes, relançait le débat autour des logements insalubres. C'est ainsi que le Sénat a adopté mi-juin, en première lecture, une proposition de loi du sénateur des Bouches-du-Rhône Bruno Gilles (Les Républicains) pour «améliorer la lutte contre l'habitat insalubre ou dangereux», qui propose la création d'«une police spéciale du logement».

Mais dans le quartier du centre de Marseille, huit mois après le drame, les riverains dénoncent le laxisme des pouvoirs publics et l'insalubrité, toujours persistante.

Lire aussi : Effondrements de Marseille : trois élus de la ville louaient des taudis

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»