Un bateau de croisière géant sème une nouvelle fois la panique à Venise (VIDEO)

- Avec AFP

Un bateau de croisière géant sème une nouvelle fois la panique à Venise (VIDEO)© Capture d'écran
Le Costa Deliziosa, bateau de croisière qui a frôlé la collision avec un yacht le 7 juillet 2019 à Venise.

Un bateau de croisière a frôlé un yacht et menacé la vie de son équipage le 7 juillet en sortant de la lagune de Venise. Le ministre du tourisme, accusé d'immobilisme sur le dossier des navires géants de croisière, s'est fait vertement critiquer.

La cité lacustre de Venise a évité de justesse un accident impliquant une nouvelle fois un bateau de croisière géant qui est passé à un cheveu d'un yacht. Le Costa Deliziosa, mesurant près de 300 mètres de long et pouvant embarquer près de 3 000 passagers, sortait de la lagune de Venise balayée par les vents et la pluie, tiré par des remorqueurs, selon une vidéo publiée par l'artiste et écrivain vénitien Roberto Ferrucci sur son site www.robertoferrucci.com.

Le navire a été déporté, probablement par la tempête, vers un yacht amarré non loin de la célèbre place Saint-Marc, qu'il a presque effleuré, provoquant la panique à bord. Les membres de l'équipage du yacht, un grand bateau de 50 mètres mais semblant très petit à côté du paquebot, se sont élancés vers le quai, a rapporté l'agence AGI. Le remorqueur de proue a cependant réussi à éloigner le Costa Deliziosa du yacht et à l'orienter vers la sortie de la lagune sans autre problème.

Des bateaux de croisière géants menaçants pour la cité lacustre

Cet incident est intervenu cinq semaines à peine après un accident impliquant un autre paquebot de croisière, qui avait fait quatre blessés légers. Victime d'une panne de moteur, le MSC Opera, qui peut transporter près de 2 680 passagers et naviguait sur le canal de la Giudecca, avait heurté début juin un quai puis un bateau touristique en voulant s'amarrer.

Des images vidéo d'amateurs postées sur Twitter montraient des touristes s'enfuir en courant devant le paquebot de 275 mètres, doté de 13 ponts, qui raclait le quai tout du long, moteurs rugissants.

Ces accidents ont ravivé les vives critiques qui agitent la Sérénissime à propos des dommages infligés au site et à son fragile écosystème par ces géants des mers qui naviguent si près du rivage que leurs cheminées se profilent derrière les clochers et les ponts de la cité. Les paquebots sont accusés par les défenseurs de l'environnement de contribuer à l'érosion des fondations de la ville, alors que celle-ci et sa lagune sont inscrites au patrimoine de l'Unesco.

L'Italie a adopté en novembre 2017 un plan de développement de la lagune pour soutenir l'activité lucrative des bateaux de croisière tout en modifiant leur parcours. A terme, grâce à la construction d'un nouveau terminal maritime, les paquebots ne pourront plus traverser la cité lacustre via le canal de la Giudecca qui longe la place Saint-Marc. «J'ai déjà ordonné une inspection pour contrôler ce qui s'est produit à Venise», a réagi le 8 juillet le ministre des Transports et des Infrastructures Danilo Toninelli, sur sa page Facebook.

Un ministre qui ne prend pas les décisions adéquates pour protéger Venise

«Le troisième remorqueur que nous avons imposé a été déterminant pour éviter l'accident, mais cela ne suffit pas. Après 15 années à vide, nous sommes proches d'une solution permettant d'éliminer les grands navires de Saint-Marc. Et nous le ferons en protégeant la sécurité, l'environnement, le tourisme et l'emploi», a promis le ministre, issu du parti anti-système Mouvement 5 étoiles (M5S)

Danilo Toninelli pourrait «rester dans l'histoire comme le "ministre des désastres" qui a paralysé l'un des ministères les plus stratégiques pour la croissance du pays», a rétorqué Roberto Morassut, responsable infrastructures au Parti démocrate (PD, centre gauche), le principal parti d'opposition.

Le responsable politique a également été la cible du maire de droite de Venise, Luigi Brugnaro. «La principale responsabilité de ce qui s'est produit hier et de ce qui pourrait se produire à l'avenir revient à celui qui n'a rien décidé ces derniers mois» a-t-il encore fustigé. «Le temps de l'attente est fini. Nous sommes très en colère. Cela suffit avec les navires à Saint-Marc et dans le canal de la Giudecca. Que le ministre Toninelli vienne le plus rapidement possible dire aux institutions des citoyens les résultats de l'énième contrôle qu'il a ordonné», a-t-il conclu.

Lire aussi : Des inondations historiques plongent Venise sous l'eau (PHOTOS, VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»