Affaire Benalla : Strzoda réclame des excuses et son entourage évoque une «conspiration d'aigris»

Affaire Benalla : Strzoda réclame des excuses et son entourage évoque une «conspiration d'aigris»© THOMAS SAMSON Source: AFP
Patrick Strzoda lors de son passage devant la commission des lois de l'Assemblée nationale le 24 juillet 2018 à propos de l'affaire Benalla (image d'illustration).

Le directeur de cabinet du président veut des excuses de la part de Philippe Bas, le sénateur qui a dirigé la commission d'enquête dans laquelle il a été auditionné. L'entourage du fonctionnaire estime qu'il y a vécu des «moments de déshonneur».

L'entourage du directeur de cabinet d'Emmanuel Macron, Patrick Strzoda, faisait l'objet d'une enquête préliminaire pour des soupçons de «faux témoignage» devant la commission d’enquête du Sénat dans le cadre de l'affaire Benalla, mais le parquet de Paris a décidé de classer la procédure «sans suite» le 27 juin. Selon une déclaration du parquet de Paris à l'AFP : «l'ensemble de ces éléments ne permet [...] pas de caractériser une altération de la vérité destinée à tromper la mission d'information.»

L'entourage du haut fonctionnaire a fait savoir au magazine Paris Match que ce dernier veut à présent des excuses de la part du président de la commission d'enquête du Sénat, Philippe Bas, «à titre personnel».

L'hebdomadaire people fait savoir que le directeur de cabinet entend «laver son honneur» et cite son entourage qui se charge de l'explication de texte : «Cette décision de justice met en évidence que c'était bien une opération politique [du sénateur] Philippe Bas et des membres de la commission d'enquête sénatoriale», et d'évoquer une «conspiration des aigris», avant de souligner : «La lettre du parquet est claire. Il n'y a eu aucune incohérence, aucune altération de la vérité de la part des collaborateurs de l'Elysée.» Selon cette même source, Patrick Strzoda a vécu les auditions au Sénat comme des «moments de déshonneur».

En revanche, le parquet ne s'est pas exprimé quant aux soupçons sur la «sincérité des témoignages» d'Alexandre Benalla et Vincent Crase qui ont également été signalés par le Sénat. Un nouvel examen de ce cas sera opéré au terme des différentes procédures déjà engagées contre eux.

Lire aussi : Alexandre Benalla aurait souhaité une décoration après les événements du 1er Mai 2018

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»