Liberté de la presse : un «guide de défense» des journalistes répond aux convocations par la DGSI

Liberté de la presse : un «guide de défense» des journalistes répond aux convocations par la DGSI© Clement SABOURIN Source: AFP
Image d'illustration.

Secret des sources, attitude à adopter en garde à vue : face à la multiplication des convocations de journalistes par la DGSI, l'Association de la presse judiciaire et le SNJ ont publié un «guide de défense» à leur attention.

Dans le sillage des convocations en mai dernier de journalistes de Disclose, Radio France et du Monde par la DGSI (Direction générale de la sécurité intérieure) – et alors même que le gouvernement entretient l'idée d'un Conseil de l'ordre des journalistes aux contours encore flous – l'Association de la Presse Judiciaire (l’APJ) et le Syndicat national des journalistes (SNJ) a décidé de mettre en ligne un «guide de défense du journaliste», afin de rappeler à ces derniers les droits dont ils disposent lorsqu'ils sont confrontés à la machine judiciaire.

Disponible en ligne, le fascicule de 10 pages liste différentes situations dans lesquelles les journalistes peuvent se retrouver, expliquant notamment comment réagir en cas de convocation comme témoin, pour une audition libre ou encore en cas de garde à vue. «Le journaliste est peut-être informé sur beaucoup de sujets, mais sur ses droits il patauge un peu !», confie à France Inter le vice-président de l'APJ Pierre-Antoine Souchard.

Une des questions primordiales à laquelle répond ce guide concerne le secret des sources, spécificité juridique de la profession, contre laquelle magistrats et enquêteurs font parfois pression. «Il est primordial de rappeler que le secret des sources est la seule arme du journaliste. Ce n’est pas compliqué à comprendre, mais je crois que c’est très compliqué à entendre de la part de certains policiers et de certains magistrats mais c’est comme ça», souligne Pierre-Antoine Souchard.

Si l'APJ se déclare profondément agacée par la convocation de journalistes par la DGSI, elle précise que son guide s'adresse tout autant aux journalistes de la presse quotidienne régionale. «Les pressions pour eux ne sont pas les mêmes parce qu’ils sont confrontés à un environnement local avec des petites baronnies politiques, des intérêts de leur patron qui ne sont pas forcément ceux de la rédaction, donc ils sont pris entre le marteau et l’enclume», note ainsi Pierre-Antoine Souchard.

Alors que le métier se précarise et que les postes de pigistes se multiplient, ce guide entend enfin informer ces derniers sur leurs droits. D'autant que selon Pierre-Antoine Souchard, ils ne sont «pas forcément soutenus par les rédactions qui les emploient».

Lire aussi : La presse vent debout contre l'idée d'un «Conseil de l'ordre des journalistes»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»