Lassé par la violence de trolls macronistes, un journaliste des «Décodeurs» met Twitter «en pause»

Lassé par la violence de trolls macronistes, un journaliste des «Décodeurs» met Twitter «en pause»© LOIC VENANCE Source: AFP
Image d'illustration.

Le journaliste Samuel Laurent, de l'organe de «fact checking» du Monde Les Décodeurs, a annoncé sur Twitter qu'il abandonnait provisoirement ce réseau social devant la virulence des attaques et du harcèlement de comptes de sympathisants LREM.

«Ces gens sont malades» : c'est notamment par ces mots que le journaliste Samuel Laurent a exprimé son ras-le-bol dans plusieurs tweets le 7 juin et le 11 juin, devant le harcèlement dont il se dit victime sur le réseau social.

Le responsable des «Décodeurs», une rubrique web du quotidien Le Monde dédié à la vérification des informations, dénonce en effet une «campagne de harcèlement» en ligne dirigée contre lui par «des sympathisants» du partisan présidentiel La République en marche (LREM), captures d'écran à la clé.

«Je suis désolé de vous infliger ça, je n'ai pas trouvé d'autre solution pour tenter de faire comprendre le problème : ces gens sont complètement radicalisés, violents, haineux, menaçants», explique-t-il après avoir partagé une volées de tweets injurieux : «Ça c'est juste ce que j'ai reçu depuis hier», précise-t-il dans un autre tweet.

A bientôt peut être

Le journaliste, qui dit n'avoir jamais vu ce niveau de violence «en dehors de l'extrême droite», a déclaré en conséquence qu'il mettait son compte «en pause». 

«En attendant je me vois forcé de mettre ce compte en pause pour une durée indéfinie. A bientôt peut être», écrit le journaliste dans son dernier tweet le 11 juin.

Samuel Laurent, qui estime par ailleurs que la campagne dont il se dit victime entre dans le cadre de la loi Schiappa de l'été 2018 sur le cyber-harcèlement, a annoncé qu'il étudiait les «réponses légales à cette situation», qui l'«affecte, et touche jusqu'à [son] entourage».

Publiée au journal officiel le 3 août, la loi Schiappa, qui renforce la lutte contre les violences sexuelles et sexistes, intègre en effet un volet qui punit le harcèlement en ligne, qu’il soit moral ou sexuel, de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende. Les «raids numériques», commis en groupes sont par ailleurs punis de trois ans d'emprisonnement et 45 000 euros d'amende si le harcèlement est de nature sexuelle. Des poursuites peuvent être engagées contre un harceleur, même si ce dernier n'a envoyé qu'un seul message et sans concertation avec d'autres internautes malveillants. 

Lire aussi : Trolls : La République en marche inonde-t-elle les réseaux sociaux de faux comptes ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»