Primaires pour les élections à Paris : «Ce n’est pas la manière dont nous fonctionnons» dit Griveaux

Primaires pour les élections à Paris : «Ce n’est pas la manière dont nous fonctionnons» dit Griveaux© Thomas SAMSON Source: AFP
L'ancien porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux annonce sa candidature à la mairie de Paris, le 28 mars 2019.

Benjamin Griveaux s’oppose à l’organisation d’une primaire pour désigner le candidat de la majorité présidentielle pour les municipales à Paris. Pour ce candidat déclaré à l’Hôtel de ville, elle risque en effet de casser la «dynamique de victoire».

«Il y aura un candidat unique LREM [La République en marche] à Paris. C'est celui ou celle qui sera issu[e] de la commission nationale d'investiture. Ce candidat sera soutenu par le mouvement et par l'ensemble des autres candidats» : le 11 juin, sur France Info, Benjamin Griveaux a déclaré qu'il n'y aurait pas de primaire pour désigner le candidat du parti présidentiel qui s’élancera dans la course aux élections municipales de 2020 à Paris.  

Selon l’ancien porte-parole du gouvernement, une primaire est «une machine à diviser qui enclenche plutôt la défaite qu'une dynamique de victoire». Pour justifier de l’impertinence d’un tel processus, il a notamment fait référence à la défaite de Nathalie Kosciusko-Morizet face à la socialiste Anne Hidalgo lors des élections municipales de 2014 à Paris. La représentante de l’ex-UMP avait alors été désignée par son parti après avoir largement remporté une primaire interne.

Ce n’est pas la manière dont nous fonctionnons à LREM

Pourquoi ne pas laisser la possibilité aux militants de choisir leur candidat ? «Ce n’est pas la manière dont nous fonctionnons à LREM», a affirmé l'aspirant candidat LREM à la mairie de Paris. Selon lui, l’absence d’une primaire n’empêche pas le «débat d’idées». Il en veut pour preuve les différentes propositions émises par ses concurrents marcheurs : «Mounir Mahjoubi a fait des propositions sur des questions de sécurité […], Hugues Renson [a] propos[é] de supprimer des arrondissements de Paris, moi j’ai fait d’autres propositions […]. Le débat vit depuis des semaines et des mois, on le fait de manière fraternelle», fait-il valoir.

Aux côtés des ex-ministres Benjamin Griveaux et Mounir Mahjoubi, Hugues Renson, le vice-président de l'Assemblée nationale, Anne Lebreton, adjointe au maire du IVe arrondissement de Paris et Cédric Villani, député de l'Essonne, souhaitent succéder à Anne Hidalgo.

Lire aussi : Un maire élu sans le soutien de LREM sera «un ennemi du président» : un eurodéputé crée la polémique

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»