Malaise dans les hôpitaux : les urgences manifestent à Paris (IMAGES)

Malaise dans les hôpitaux : les urgences manifestent à Paris (IMAGES)© RT France
Manifestation des urgentistes à Paris, le 6 juin.

Après plusieurs semaines de conflit social, ponctué de débrayages et d'arrêts maladie massifs, les personnels des services d'urgences manifestent leur colère à Paris, appelés par le collectif Inter-Urgences. Ils veulent rencontrer le ministre.

A l'appel du collectif Inter-Urgences, plusieurs centaines d'employés des services d'urgences ont manifesté ce 6 juin dans Paris au départ de Montparnasse en direction du ministère des Solidarités et de la Santé.

«On en a marre», «Soignants, soignés, solidarité», «Urgences en colère, on va pas se laisser faire» : plusieurs slogans ont été repris par les manifestants. 

Le collectif Inter-Urgences avait fait connaître en amont ses revendications dans un communiqué : «Plus d'effectifs, plus de 300 euros de salaire net, [...] stop à la fermeture des lits d'aval, stop aux hospitalisations sur des brancards, stop aux fermetures des services d'Urgences et lignes de SMUR».

En arrivant devant le ministère de la Santé, les urgentistes se sont allongés par terre pour faire un «die-in».

Après plusieurs semaines ponctuées de débrayages et d'arrêts maladie massifs dans les services d'urgences des hôpitaux publics, le comité de grève a annoncé sa volonté de rencontrer Agnès Buzyn.

Celle-ci s'est de son côté rendue au congrès de la Société française de médecine d'urgence. Affirmant être consciente de la «colère» et du «découragement» de la profession, le ministre de la Santé a annoncé avoir confié au Conseil national de l'urgence hospitalière (CNUH) et au député LREM Thomas Mesnier la mission d'«adapter nos urgences aux nouveaux besoins», qui devra aboutir à un rapport à l'automne, à l'issue d'une concertation incluant médecins et paramédicaux. 

Pour les personnels paramédicaux, Agnès Buzyn s'est engagée à inciter les hôpitaux à «mobiliser plus largement» une prime de risque existante, de près de 100 euros brut par mois. Elle a aussi promis l'instauration d'une prime de coopération pour les soignants à qui les médecins délégueront certaines tâches.

Le ministre a également déclaré qu'elle recevrait les urgentistes mi-juin pour préparer la période estivale, «souvent critique» pour leurs services.

Lire aussi : Grand malaise aux urgences : le conflit social se durcit

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»