Vente d'armes françaises : pourquoi Quotidien n'a-t-il pas, à ce jour, diffusé son enquête ?

Vente d'armes françaises : pourquoi Quotidien n'a-t-il pas, à ce jour, diffusé son enquête ?© Twitter, @Qofficiel
La journaliste Valentine Oberti ; capture d'écran du compte Twitter de l'émission Quotidien.

Une journaliste de Quotidien a été convoquée en février par la DGSI alors qu'elle enquêtait sur des ventes d’armes françaises. Le magazine Télérama a cherché à comprendre pourquoi l'émission de Yann Barthès n'avait toujours pas diffusé le sujet.

Le magazine culturel Télérama a publié le 2 juin les résultats de son investigation concernant la non diffusion, à ce jour, de l'enquête menée par la journaliste de l'émission Quotidien de TMC, Valentine Oberti, qui portait sur les ventes d'armes françaises à l'Arabie saoudite et aux Emirats arabes unis.

Lire aussi : Guerre au Yémen : Macron «assume» les livraisons d’armes à l’Arabie saoudite (VIDEO)

Lors de son passage à l'antenne de TMC le 22 mai 2019, la journaliste révélait avoir été convoquée par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) pour «compromission du secret de la défense nationale».

Après avoir rappelé la chronologie des faits, Valentine Oberti abordait la question en ces termes : «Huit journalistes convoqués par la police en quatre mois, ça voudrait dire qu'il y a des sujets sur lesquels les journalistes n'ont pas le droit d'enquêter ?», avant de poursuivre : «Si ces sujets sont d'intérêt général, ils méritent qu'on travaille dessus [sinon] les citoyens ne seront plus informés», concluait-elle en provoquant les applaudissements nourris du public.

Ce n’est pas la vocation de l’émission !

Qu'est devenu, depuis ce passage télévisé, le sujet sur lequel planchait Valentine Oberti et qui lui aurait valu la convocation par la DGSI ? «Il y a quelque chose qui cloche : Quotidien n’a jamais diffusé le moindre sujet sur les ventes d’armes», pointe Télérama, expliquant avoir contacté la société de production du magazine d'infotainment. «Nous souhaitions vraiment que la ministre [de la Défense] Florence Parly réagisse à ces éléments sur les ventes d’armes dans une séquence [...] Sans confrontation avec la ministre, pour nous, il n’y avait plus de sujet télé», auraient alors déclaré les producteurs de Quotidien, précisant également : «Un document seul, ça peut marcher pour des médias comme Mediapart ou France Inter, mais pas pour nous. Ce n’est pas la vocation de l’émission !»

Le risque de poursuites judiciaires [...] aurait fait reculer la production

Le magazine culturel explique en outre avoir mené ses propres recherches, et en conclut  : «C’est en fait le risque de poursuites judiciaires pour détention de "documents classés secret défense" qui aurait fait reculer la production, menace brandie dans un mail envoyé par le ministère des Armées.» Et Télérama d'ajouter : «Valentine Oberti, qui fait aussi partie du comité éditorial de Disclose, n’aurait guère apprécié d’avoir dû laisser filer ce scoop».

Lire aussi : Journalistes convoqués à la DGSI : la profession dénonce «une atteinte à la liberté de la presse»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»