Tué à 19 ans pour «un mauvais regard», suspects en fuite en Algérie... : l'affaire Théo fait réagir

Tué à 19 ans pour «un mauvais regard», suspects en fuite en Algérie... : l'affaire Théo fait réagir
Capture d'écran Twitter
Suivez RT France surTelegram

Un jeune homme de 19 ans est mort près de Caen après avoir été atteint par un coup de fusil. Le motif serait un «mauvais regard». Trois suspects ont été entendus et d'autres auraient fui en Algérie. Des personnalités politiques réagissent.

Les réactions politiques commencent à se faire entendre après que l'enquête sur la mort du jeune Théo le 19 mai, tué par un coup de fusil, a révélé que plusieurs suspects seraient en fuite en Algérie.

Le 18 mai, le jeune homme se trouvait avec des amis dans le quartier de la Grande-Delle, à Hérouville-Saint-Clair, quand on lui a tiré dessus. Transporté en urgence au CHU de Caen, il est décédé la nuit suivante. Selon les amis de Théo, c'est un échange de regards avec des jeunes d’un autre quartier qui pourrait être la cause de cette assassinat. Un motif «futile» confirmé par Carole Étienne, procureur de Caen : «Il semblerait que le mobile dans cette affaire soit un mauvais regard.»

Carole Etienne a en outre fait savoir que les enquêteurs auraient identifié cinq à six suspects ayant participé à cet assassinat. Trois d'entre-eux se sont livrés d'eux-mêmes et ont donc été entendus par les enquêteurs. Il s'agit, selon Tendance Ouest, de jeunes majeurs, habitants le quartier ou les environs. Déféré au parquet, le premier a été mis en examen pour homicide volontaire, et placé en détention provisoire. Les deux autres devaient être déférés ce jeudi 30 mai 2019 au soir et pourraient bien suivre le même chemin.

Mais tous les suspects de l'affaire n'ont pas encore été arrêtés car certains d'entre eux auraient fui en Algérie. «La collaboration entre autorités judiciaires françaises et algériennes se poursuit», a assuré Carole Etienne.

Des réactions politiques

En France, les réactions politiques ont commencé à se manifester. Comparant cette affaire avec l'autre «affaire Théo», celle de Théo Luhaka, gravement blessé au niveau du rectum, après une interpellation musclée février 2017. Une affaire qui avait été très médiatisée à l'époque. La version du jeune homme qui avait accusé les forces de l'ordre de l'avoir violé intentionnellement a été remise en cause depuis.

Jordan Berdella, le député européen fraîchement élu du Rassemblement national (RN), s'est indigné de l'assassinat du jeune caennais par des «racailles, dont une lâchement partie se planquer en Algérie». Il a en outre dénoncé le manque d'intérêt des médias pour la mort du jeune Théo.

Gilbert Collard, député du RN du Gard a rendu hommage à Théo tué «par des salauds qui cherchent à échapper à la justice en fuyant en Algérie».

L'avocat, Gilles-William Goldnadel, s'en est lui aussi pris au désintérêt de la presse qu'il qualifie d'«église cathodique». La mort d’un «jeune français qui n’avait rien fait de mal» indiffère les médias selon lui. 

Stéphane Ravier, président du groupe RN-MBM au conseil municipal de Marseille, a pour sa part pointé des «racailles», à l'origine de la mort de Théo. «Les jeunes Francais le savent, dans les rues où la racaille règne, leur vie ne tient qu'à un regard ou à une cigarette», a-t-il écrit sur son compte Twitter. 

Dans un autre tweet, Stéphane Ravier estime que Théo était «trop Français pour que la gauche le pleure».

Le 26 mai, une marche blanche a été organisée à la mémoire de Théo à Colombelles, où le jeune homme était licencié au club de football. «Théo n’a jamais laissé indifférent tant par son jeu que par sa personnalité», raconte le club dans un hommage publié sur Facebook.

Lire aussi : Un syndicat de surveillants de prison dénonce le confort des détenus dans les UVF

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix