Intrusion au ministère de Griveaux : le procès reporté pour défaut de procédure

Intrusion au ministère de Griveaux : le procès reporté pour défaut de procédure © Bertrand GUAY Source: AFP
Benjamin Griveaux après avoir été évacué de son ministère, dont l'entrée a été forcée le 5 janvier.

Prévu ce 29 mai, le procès de quatre Gilets jaunes, accusés d’avoir forcé l’entrée du ministère de Benjamin Griveaux, a finalement été reporté. En cause : l’existence d’un défaut de procédure pointé par les avocats de la défense.

Appelés à comparaître ce 29 mai devant le tribunal correctionnel de Paris pour avoir forcé, au moyen d'un chariot élévateur, l’entrée du ministère de Benjamin Griveaux, le 5 janvier dernier, quatre Gilets jaunes, trois hommes âgés de 22 à 35 ans et une femme de 47 ans, ont vu leur procès reporté. Le tribunal correctionnel de Paris a fait droit aux arguments des avocats de la défense, qui contestaient la régularité de la procédure car ils n’avaient pas pu s’entretenir avec leurs clients à l’issue de leur garde à vue. A peine le procès renvoyé – pour la troisième fois – le paquet a rapidement fait savoir qu’il entendait réclamer la tenue d’un nouveau procès.

«Cette procédure est une anomalie symptomatique du traitement réservé aux Gilets jaunes», a plaidé un des avocats de la défense tout en estimant que la comparution immédiate ne s'était pas déroulée dans des conditions normales. Il a en outre fustigé une «justice spectacle».

Devant le tribunal, l'un des prévenus a expliqué qu’il ne savait pas que l’entrée dégradée était celle d’un ministère. Il s’est dit par ailleurs prêt à payer pour les actes dont il est l’auteur. De son côté, son avocat, Maître Abitbol, a tenu à rappeler qu’aucune personne n’a été blessée lors de l’incident. 

«Ce n'est pas moi qui ai été attaqué, c'est la République» et «la maison de France», avait réagi Benjamin Griveaux après les faits. «C'est inacceptable et j'espère que les vidéos permettront d'identifier et de poursuivre les auteurs, et qu'ils seront très très durement condamnés», avait-il ajouté, accusant les auteurs d'être les «ennemis de la démocratie».

Une telle intrusion dans un ministère est très rare. La dernière en date remonte à 1999 avec le saccage par des agriculteurs du bureau de Dominique Voynet au ministère de l'Aménagement du territoire et de l'Environnement. Quatre agriculteurs avaient été condamnés chacun à payer une amende de plus de 1500 euros. Un cinquième avait pour sa part été relaxé.

Lire aussi : Intrusion au ministère de Griveaux : le conducteur du chariot serait un militant CGT

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»