Intrusion au ministère de Griveaux : le conducteur du chariot serait un militant CGT

Intrusion au ministère de Griveaux : le conducteur du chariot serait un militant CGT© Ludovic Marin Source: AFP
Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux.

Parmi les individus mis en garde à vue pour s'être introduits dans le ministère de Benjamin Griveaux lors d'une manifestation de Gilets jaunes, un homme de 54 ans, militant CGT, serait soupçonné d'avoir conduit le chariot élévateur.

RTL révélait le 12 février au soir que le conducteur du chariot élévateur qui avait défoncé, lors de l'acte VIII de la mobilisation des Gilets jaunes à Paris, la porte d'entrée du secrétariat d'Etat de Benjamin Griveaux, également porte-parole du gouvernement, a été placé en garde à vue.

Il s'agirait d'un militant de la CGT du Nord, âgé de 54 ans et employé par une société de logistique près de Valenciennes. Vêtu d'un gilet jaune, c'est lui qui aurait pris le volant du chariot élévateur dérobé quelques minutes plus tôt par des manifestants afin d'enfoncer la porte du bâtiment. 

Des policiers du Nord l'auraient reconnu après avoir aperçu son visage sur plusieurs photographies. Un secrétaire départemental de la CGT locale, interrogé par les journalistes de RTL, assure que cet homme, présenté comme étant un certain Fabrice D., ne serait pas l'un des «plus excités».

Il semble en revanche qu'il se soit déjà fait remarquer par le passé. Sur le site internet de la CGT du Nord, on peut lire que Fabrice D. avait été placé en garde à vue plusieurs heures au printemps dernier. Il s'en était pris à Sébastien Chenu, député du Rassemblement national, lors d'une manifestation syndicale, le contraignant à fuir le cortège. 

Cinq autres personnes ont également été mises en garde à vue dans le cadre de cette enquête, dans les locaux de la police judiciaire parisienne. Fabrice D. risque jusqu'à sept années d'emprisonnement.

«Ce n'est pas moi qui ai été attaqué, c'est la République» et «la maison de France», avait réagi Benjamin Griveaux après les faits. «C'est inacceptable et j'espère que les vidéos permettront d'identifier et de poursuivre les auteurs, et qu'ils seront très très durement condamnés», avait-il ajouté, accusant les auteurs d'être les «ennemis de la démocratie».

Lire aussi : Intrusion au ministère de Griveaux lors de l'acte 8 des Gilets jaunes : quatre interpellations

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»