Européennes : devancée par le RN, la majorité présidentielle tend la main à EELV (EN CONTINU)

Les Français ont voté ce 26 mai pour élire leurs eurodéputés, de même que les électeurs de plusieurs autres pays de l'Union européenne. En France, le RN arrive en tête, suivi par Renaissance et EELV.

Mise à jour automatique
  • Courtisé par la majorité présidentielle après les 13,5% obtenus par son parti EELV, Yannick Jadot a opposé le 27 mai une fin de non-recevoir à la proposition d'alliance formulée par le ministre de l'Ecologie et ancien membre de EELV, François de Rugy. «Pour faire avancer l'écologie en Europe, il faut se mettre au cœur d'une majorité», avait analysé le ministre. «Cela me fait rire», a réagi Yannick Jadot, ajoutant : «Le groupe que vont rejoindre les députés En marche, c'est le groupe qui soutient tous les accords de libre-échange, c'est le groupe qui nous a combattu sur toutes les grandes avancées écologiques. On ne va pas faire de coalition avec les libéraux.»

  • Pascal Canfin, élu eurodéputé La République en Marche (LREM), a déclaré au micro de RTL : «L'écologie a gagné ces élections européennes et tant mieux.» Et l'ex-Europe Ecologie Les Verts (EELV) d'ajouter qu'il souhaitait une «coalition majoritaire au Parlement européen, éventuellement avec EELV». «On leur tend la main, à eux de la saisir [mais dans tous les cas] aucune majorité n'est possible sans nous», a-t-il poursuivi.

  • La porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye a tendu, le 27 mai, la main pour le Parlement européen et les municipales de mars 2020 à Yannick Jadot et EELV, grand vainqueur à gauche des européennes avec la troisième place et 13,47% des voix.  

    Interrogée sur RMC et BFMTV pour savoir si LREM pourrait travailler au niveau municipal avec Yannick Jadot, elle a répondu: «Mais bien sûr et nous allons sans doute au niveau européen travailler avec eux.», avant de nuancer : «Aujourd'hui je ne peux pas présager de ce que seront les discussions des prochaines semaines [au Parlement européen].»

  • Le fondateur de Génération.s, Benoît Hamon, «va se mettre en retrait et ne va plus parler à la presse pendant longtemps», a annoncé le 27 mai à l'AFP son bras droit Guillaume Balas, coordinateur national du parti. «C'est ce qu'il m'a dit», a-t-il précisé.

    «Il en a besoin pour des raisons personnelles et professionnelles. Il ne va plus porter la parole du collectif pendant un bout de temps», a-t-il ajouté, au lendemain de la défaite de Benoît Hamon aux européennes. La liste soutenue par l'ancien candidat PS à la présidentielle a obtenu 3,27% des voix, en dessous du seuil de 5% qui permet de faire élire des députés à Strasbourg.

    L'ancien ministre de l'Education nationale avait quitté le PS et fondé son mouvement le 1er juillet 2017, après son échec cuisant à la présidentielle (6,36%).

  • Nicolas Vidal, fondateur du média en ligne Putsch, dresse un bilan de l'élection européenne et souligne que malgré la forte implication du président de la République dans cette campagne, la majorité a échoué à se placer en tête de ce scrutin.

  • Pour Alexis Poulin, cofondateur du site Le Monde Moderne, juge qu'Emmanuel Macron a réussi, malgré la longue crise sociale qu'a traversée la France ces derniers mois, à obtenir un bon score aux européennes.

  • «Ni victoire, ni déroute, ni défaite, un bon score» : la tête de liste Renaissance Nathalie Loiseau a nié, le 27 mai sur Europe 1, tout échec de son parti aux européennes. «On est à moins d'un point du Rassemblement national et on a le même nombre de sièges que le Rassemblement national qui fait moins bien qu'en 2014», a-t-elle insisté, ajoutant : «Donc je considère qu'on a fait le boulot».

    Elle a rappelé qu'«en 2014 la majorité de l'époque faisait 14%». 

  • Le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin a déclaré le 27 mai qu'il fallait «reconnaître» que le Rassemblement national (RN) était sorti «gagnant» du scrutin avec 23,31% des voix devant LREM (22,41%) et a appelé «à continuer le combat» contre le RN. «Madame Le Pen fait moins de voix, de pourcentage, que lors des dernières élections européennes mais il faut bien avouer qu'elle est gagnante», a déclaré le ministre sur France 2.

    La tête de liste LREM Nathalie Loiseau avait elle estimé qu'il n'y avait «ni victoire, ni déroute, ni défaite, un bon score». «Nous aurons le même nombre de siège au Parlement européen donc je considère qu'on a fait le boulot», a-t-elle ajouté. 

  • Les résultats centralisés par le ministère de l’Intérieur pour les élections européennes, au matin du 27 mai, sont les suivants :

    • Prenez le pouvoir (Rassemblement national) : 23,31%
    • Renaissance (majorité présidentielle) : 22,41%
    • Europe Ecologie : 13,47%
    • Union Droite-Centre (LR) : 8,48%
    • La France insoumise : 6,31%
    • Envie d'Europe (Place Publique-Parti socialiste) : 6,19%
    • Debout la France : 3,51%
    • Liste citoyenne (Génération·s) : 3,27%
    • Les Européens (UDI) : 2,50%
    • Pour l'Europe des gens (PCF) : 2,49%
    • Parti animaliste : 2,17%
    • Urgence écologie : 1,82%
    • Ensemble pour le Frexit (UPR) : 1,17%
    • Lutte ouvrière : 0,78%
    • Ensemble Patriotes : 0,65%
    • Alliance jaune : 0,54%
    • Les oubliés de l'Europe : 0,23%
    • Parti pirate : 0,14%
    • Europe au service des peuples (Union des démocrates musulmans de France) : 0,13%

    Les autres listes ont obtenu moins de 0,1%.

    Ces résultats sont encore susceptibles d’être rectifiés avant d’être proclamés par la commission nationale de recensement des votes.

  • Les électeurs de Mayotte ont largement voté pour le Rassemblement national (45,56%) aux élections européennes, lui accordant son meilleur score outre-mer, dans un territoire marqué par une forte pression migratoire venue des Comores.

Découvrir plus

Près de 47 millions d’électeurs sont appelés aux urnes le 26 mai afin de désigner les 79 eurodéputés français, parmi 34 listes, qui siégeront au Parlement européen.

Au niveau de l'ensemble de l'Union européenne, ce sont plus de 750 députés qui seront investis par quelques 427 millions de citoyens des 28 Etats membres.

Les bureaux de vote ont ouvert le 26 mai à 8h en France métropolitaine et fermeront leurs portes, pour la majorité, à 18h, sauf dans les grandes villes où le scrutin se tiendra jusqu’à 20h. Les Français de l'étranger résidant sur le continent américain et dans les Caraïbes votaient, eux, la veille, le 25 mai, de même qu'une partie des Outre-mer.

La Slovaquie, la Lettonie, les Pays-Bas, le Royaume-Uni, l’Irlande, Malte et la République tchèque ont déjà voté pour ce scrutin. Ils sont rejoints le 26 mai par les 21 autres pays de l’UE.

Le taux d’abstention dans l'ensemble de l'Union représente l'un des enjeux du scrutin, celui-ci n’ayant cessé d’augmenter depuis les premières élections européennes, en 1979, pour atteindre 57,4% en 2014.

Lire aussi : Spéciale européennes : Quelle Europe pour demain ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»