Nombre record de listes aux Européennes : manque de panneaux pour les petites communes

Nombre record de listes aux Européennes : manque de panneaux pour les petites communes© Joel Saget
Les panneaux électoraux quasi-vides à Paris, le 16 mai 2019.

Face au nombre record de listes européennes, les petites communes ont dû résoudre de véritables casse-têtes pour disposer les 34 panneaux réglementaires. Pourtant, la plupart restent désespérément vierges. Histoire d'un soufflé qui retombe.

Alors que pas moins de 34 concurrents piaffent sur la ligne de départ pour les élections européennes du 26 mai, les petites communes, principalement rurales, se sont vues contraintes de s'adapter à cette situation inédite et d'installer une pléthore de panneaux.

L'année 2019 bat ainsi tous les records, en 2014, selon les circonscriptions, de 22 à 31 listes s'étaient déclarées. Désormais, les listes régionales sont supprimées au profit d'une seule liste nationale et les maires se voient donc légalement obligés d'installer les 34 panneaux électoraux correspondants. Or ce vaste dispositif reste rare dans les petits villages qui n'en ont pas suffisamment. Alors plutôt que d'acheter des panneaux dispendieux, les maires ont «bricolé», en jouant avec les contraintes de terrain.

Bricolage et récup'

Les élus des petites communes ont dû tout d'abord résoudre de sérieux casse-têtes pour positionner la profusion cocasse de panneaux, en raison du manque d'espace sur les petites places. La plupart des maires ont remédié à l’absence de panneaux métalliques en recourant au système D, notamment par l'installation de panneaux de particules de bois, de contreplaqué, en recyclant des tables ou des isoloirs ou même en utilisant de la bâche agricole bardée de double-face.

A Lor (Picardie), le minimalisme était de mise : un simple quadrillage a été tracé à la bombe sur un mur de pierre.

Une autre stratégie économique a consisté à séparer les panneaux en deux parties égales, pour rester équitable.

Problème : dans le sens de la longueur, les moitiés sont trop étroites pour accueillir deux affiches, donc elles se chevauchent obligatoirement.

Ce partage des ressources a déplu à Jean-Luc Mélenchon, leader de la France insoumise (LFI), qui a jugé que la moitié de panneau ne suffisait «pas pour coller les affiches officielles».

Autant de panneaux que d'électeurs

Particulièrement en difficulté, les petits villages et communes de France ont dû remuer ciel et terre pour proposer les 34 panneaux à une minuscule poignée d’électeurs au nombre de 34. Dans le village médiéval de Castelmoron d'Albret (Gironde), plus petite commune de France, la maire Caline Alamy a fait le tour des granges pour dénicher de lourdes planches et tables en bois de 20 kilos pour confectionner des panneaux.

De tels efforts herculéens sont également à noter au village de Tartre-Gaudran (Yvelines), où pas plus de 37 électeurs devraient affluer aux urnes. «On avait seulement 12 panneaux d’affichage en réserve, il a fallu en trouver 22 autres», a confié Frédéric De La Rue, le maire (SE) du Tartre-Gaudran au Parisien«C’est un record. Je n’ai jamais vu ça», a-t-il ajouté. Le maire est ses amis se sont alors retroussé les manches pour se lancer dans un atelier fabrication de panneaux de bois. 

Seules 14 listes ont imprimé des affiches 

Malgré leurs efforts, l'ingéniosité des maires n'a pas été récompensée puisque sur les 34 listes, seules 14 ont fait imprimer des affiches, par manque de moyen. Et parmi ces 14, peu de militants ont gagné les petites communes ou villages isolés ou difficiles d'accès. Ceci explique la vision désolante de ces nombreux panneaux si laborieusement installés et qui restent vierges.

Certains maires ont réagi par le pragmatisme en n'installant que 14 panneaux, comme l'a fait Cyril Victor, maire de Gouzon.

Le manque de fonds affecte aussi les bulletins de votes, que certains partis, trop justes financièrement, sont incapable de fournir. Ils invitent alors leurs électeurs à imprimer chez eux un bulletin de vote dédié. Des panneaux de récupération, pas d'affiches, pas de bulletins : la cure d'austérité en Europe n'a jamais mieux porté son nom.

Lire aussi : Grand oral : le Medef conquis par la prestation de Jadot, déçu par celle de Loiseau

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»