Le chauffeur d'Emmanuel Macron convoqué par la justice pour avoir fui un contrôle de police

Le chauffeur d'Emmanuel Macron convoqué par la justice pour avoir fui un contrôle de police© PHILIPPE WOJAZER Source: AFP
Emmanuel Macron le 15 janvier à Gasny. Image d'illustration.
Suivez RT France surTelegram

Mediapart révèle que le gendarme du GSPR en charge de conduire le véhicule d'Emmanuel Macron sera jugé pour avoir refusé de se prêter à un contrôle routier, alors qu'il n'était pas en service.

Mediapart révèle le 4 mai que le gendarme du Groupe de sécurité de la présidence de la République (GSPR) chargé de conduire le véhicule d'Emmanuel Macron est renvoyé devant un tribunal correctionnel pour ne pas s’être soumis à un contrôle de police. 

Selon des «sources concordante» évoquées par le site d'investigation, les faits se sont déroulés le 27 février à Sèvre, en proche banlieue parisienne. Alors que le militaire, un certain Stéphane P., n'était pas en service, il aurait roulé à une vitesse excessive, poussant des policiers à l'interpeller «au niveau du pont de Saint-Cloud». Stéphane P. aurait alors refusé d'obtempérer et pris la fuite. 

Les policiers auraient relevé la plaque d'immatriculation du véhicule, ce qui aurait permis d'identifier l'homme. Il sera jugé en 13 janvier 2020 à Nanterre pour «refus d’obtempérer», selon Mediapart, etrisque pour ce délit trois mois d’emprisonnement, 3 750 euros d’amende et la perte de six points de permis. 

Contactée par le pureplayer, l'Elysée a expliqué via son service presse que le gendarme avait été «changé d’affectation au sein du GSPR à titre conservatoire». Le gendarme reste donc affecté à la protection présidentielle mais ne conduit plus son véhicule. 

Il a par ailleurs été annoncé le 4 mai au Journal officiel que le patron du GSPR, le général Lionel Lavergne, allait quitter ses fonctions sans qu'il y ait un lien entre ce départ et l'affaire touchant le chauffeur d'Emmanuel Macron. Mis en cause par le Sénat dans l'affaire Benalla, l'officier supérieur sera remplacé «à compter du 18 mai».

Lire aussi : Des regrets sur l'embauche de Benalla ? Macron embarrassé par la question

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix