Des regrets sur l'embauche de Benalla ? Macron embarrassé par la question

Des regrets sur l'embauche de Benalla ? Macron embarrassé par la question © Capture d'écran du débat télévisé
Emmanuel Macron, questionné sur Alexandre Benalla, le 25 avril 2019.

Très à l'aise pour discourir et répondre aux journalistes, le président français a toutefois semblé perturbé lorsqu'il a été interrogé sur ses regrets vis à vis du recrutement d'Alexandre Benalla.

Durant la longue conférence de presse à l'Elysée de près de 2h30 consécutive au Grand débat national, Emmanuel Macron s'est montré tout à fait sûr de lui, de ses options politiques comme de ses choix. L'armure n'a semblé se fendre qu'à un seul moment : lorsque le journaliste de l'émission Quotidien, Paul Larrouturou, l'a interpellé sur l'affaire Alexandre Benalla, la question l'ayant laissé songeur et visiblement embarrassé.

Le journaliste lui a posé la question : «Regrettez-vous d'avoir recruté Alexandre Benalla, dont le comportement entache votre quinquennat et scandalise beaucoup de Français et considérez-vous avec le recul [...] avoir fait une erreur ?»

Il a fait des fautes, très graves. Les sait-on toutes aujourd’hui ? Je ne sais pas

Le président français a introduit sa réponse par les mots «sur Alexandre Benalla», puis a fait planer un long silence. «C'est trop facile de regretter», a-t-il poursuivi, laissant s'établir un second silence.

Il a ensuite expliqué qu'il avait embauché le responsable de sécurité après qu'il s'était beaucoup investi dans sa campagne et qu'il lui apparaissait à l’époque être un «jeune garçon» qui avait «vraiment du talent». «Est-ce que je regrette de l'avoir embauché à l'Elysée ? Non. Parce que je pense que c’était extrêmement cohérent avec les valeurs que je porte, et avec ce que je veux que que nous fassions. C'est sans doute pour ça que je lui en veux encore plus. Il a fait des fautes, très graves. Les sait-on toutes aujourd’hui ? Je ne sais pas», a-t-il déclaré.

Il a ajouté qu'Alexandre Benalla n’avait jamais été protégé «par l'Elysée», ni «face à la justice, face aux médias». Emmanuel Macron a ajouté qu'Alexandre Benalla avait montré une mauvaise image. «Je le regrette pour cela, mais je ne regrette pas les choix faits à d'autres moments car je ne savais pas tout. Quand vous décidez d'employer quelqu'un il y a une part de risque [...] C'est ma part de responsabilité», a-t-il reconnu.

«On en a sans doute beaucoup fait sur cette affaire, peut-être trop», a conclu le président, qui a ensuite clos la conférence. 

Lire aussi : Affaire Benalla : comment il s'est imposé à l'Assemblée nationale grâce à Benoît Hamon

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»