Pour Jean-Marie Le Pen, l'incendie de Notre-Dame serait «le fait d'un service» (VIDEO)

Pour Jean-Marie Le Pen, l'incendie de Notre-Dame serait «le fait d'un service» (VIDEO)© JACQUES DEMARTHON Source: AFP
Jean-Marie Le Pen rend hommage à Jean d'Arc, à Paris, le 1er mai 2019.

Lors de son traditionnel hommage du 1er mai à Jeanne d'Arc, Jean-Marie Le Pen est revenu sur l'incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris. Pour l'ancien président du Front national, l'incendie serait l’œuvre d’un «service ».

Jean-Marie Le Pen, ancien président du Front national (désormais rebaptisé Rassemblement national), a affirmé que l'incendie de Notre-Dame de Paris était «criminel», et «probablement le fait d'un service», sans pour autant ajouter de précisions, lors de son traditionnel hommage du 1er mai à Jeanne d'Arc.

Selon lui, «de l'avis des spécialistes les plus avertis, l'incendie de Notre-Dame est un incendie criminel car il n'a pu venir inopinément comme cela, sur des poutres qui font un mètre carré de section et qui ont 700 ans». «Essayez donc de brûler une bûche de chêne et vous verrez ce qu'il faut !», a-t-il lancé devant quelques dizaines de partisans. 

C'est probablement le fait d'un service, car le matériel mis en œuvre et la diffusion de la flamme ont nécessité une organisation qui dépasse sans doute celle d'une initiative personnelle

«C'est probablement le fait d'un service, car le matériel mis en œuvre et la diffusion de la flamme ont nécessité une organisation qui dépasse sans doute celle d'une initiative personnelle», a-t-il ajouté.

«Ces feux doivent être pour nous un avertissement [...]. Depuis des années, nous dénonçons le transfert de population qui se fait des pays extra-européens vers l'Europe, en particulier vers la France», a-t-il également déclaré. Si tous les scénarios restent envisageables à ce stade, le procureur de la République de Paris Rémy Heitz avait tenu à faire savoir, dès le 16 avril, que la piste accidentelle était «privilégiée», assurant que «rien [n'allait] dans le sens d'un acte volontaire».

Selon un article du Canard enchaîné en date du 24 avril, le système de surveillance sécurité incendie de Notre-Dame aurait été défaillant le jour du sinistre. L’hebdomadaire satirique affirme en outre que les enquêteurs se penchent notamment sur le rôle des cloches électrifiées, installées entre 2007 et 2012 au-dessus du transept et sous la flècheL'enquête suit son cours. 

Lire aussi : Notre-Dame : Macron appelle à considérer le savoir-faire français, au-delà du «calendrier politique»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»