«Dès que je serai debout, je serai dans la rue» : Geneviève Legay reste combative

«Dès que je serai debout, je serai dans la rue» : Geneviève Legay reste combative© VALERY HACHE Source: AFP
Un manifestant porte un drapeau pacifiste en hommage à Geneviève Legay lors d'un rassemblement de soutien à la militante ATTAC le 30 mars à Nice (image d'illustration).

La militante ATTAC de 73 ans blessée à Nice au cours d'une manifestation interdite des Gilets jaunes s'est adressée aux médias le 9 avril et a estimé que des policiers auraient tenté de «couvrir une bavure».

Geneviève Legay, la militante ATTAC de 73 ans blessée pendant la manifestation interdite du 23 mars à Nice à la suite d'une charge policière, a reçu des journalistes dans sa chambre d'hôpital le 9 avril. «L’interview ne durera pas longtemps, ma mère est très fatiguée», a prévenu la fille de Geneviève Legay cité par Nice-Matin.

Tout en rappelant au micro de Quotidien la gravité de ses blessures (fracture du crâne, des côtes et du coccyx notamment), la septuagénaire a également déclaré à Nice-Matin : «Dès que je serai debout, je serai dans la rue.» La porte-parole d'ATTAC 06 estime également que les policiers qui sont venus lui rendre visite dans sa chambre d'hôpital auraient essayé de «couvrir une bavure policière» en tentant de lui suggérer une autre version des faits.

Ils auraient notamment essayé de lui faire dire qu'un journaliste aurait été à l'origine de sa chute, ce qu'elle nie : «Ils me disent : "C’est bien le journaliste qui vous a renversée ?" J’ai dit : "Comment ?" Ils me disent : "Si si, c’est lui qui vous a renversée". J’ai dit: "Non, c’est pas possible, je le vois à 2,50 mètres de moi, je ne vois pas pourquoi il serait venu me renverser, ce monsieur.»

Un policier a depuis admis avoir poussé Geneviève Legay et déclaré regretter son geste dans un courrier transmis par son avocat à Nice-Matin et publié le 30 mars. Il a cependant estimé qu'il n'avait pas commis de faute, et indiqué avoir respecté les ordres donnés par sa hiérarchie.

Par ailleurs, Geneviève Legay pense avoir reçu un coup de matraque, car, comme elle le raconte au micro de Quotidien, elle ne s'est «même pas [vu] tomber».

ATTAC et les proches de la militante ont porté plainte le 1er avril pour «violences en réunion» contre la police.

Lire aussi : Affaire Geneviève Legay : l'enquêtrice est la compagne du commissaire mis en cause

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»