La limitation à 80 km/h compromise ? Le Sénat défie le gouvernement

La limitation à 80 km/h compromise ? Le Sénat défie le gouvernement© JACQUES DEMARTHON Source: AFP
Des motards manifestent contre la nouvelle limitation de vitesse sur les routes secondaires en février 2018 à Paris (image d'illustration).

Le Sénat s'en défend, en précisant qu'il n'est pas là «pour faire obstruction au travail du gouvernement», mais l'amendement proposé par la chambre haute compromet bien la limitation à 80km/h en confiant cette responsabilité aux responsables locaux.

Le gouvernement français souhaite attendre deux ans après l’instauration de la mesure de limitation de vitesse à 80km/h sur les routes secondaires pour émettre une évaluation, mais le Sénat a validé le 26 mars un amendement de la loi Mobilités permettant aux représentants locaux de fixer la vitesse maximale autorisée sur ces routes. La vitesse avait été limitée à 80km/h sur ces voies par le gouvernement le 1er juillet 2018, qui avait pris un décret en ce sens.

Défendu par Michel Raison, sénateur Les Républicains, l'amendement en question «décentralise» la fixation de la vitesse maximale autorisée sur le réseau secondaire. L'élu a ainsi défendu sa proposition : «C’est une sorte d’amendement de cohérence. Le Sénat est là pour essayer d’apaiser notre pays, pas pour faire obstruction au travail du gouvernement ou du président de la République.»

Le texte adopté donne précisément la compétence aux présidents des conseils départementaux et aux préfets pour relever la vitesse maximale autorisée sur les routes, le tout en concertation avec la commission départementale de la sécurité routière.

Le Sénat avait déjà déploré la limitation de vitesse à 80km/h décidée sans concertation avec les territoires concernés, parfois éloignés de la capitale. Un rapport de la chambre haute du parlement, intitulé «Sécurité routière : mieux cibler pour plus d’efficacité», sorti en avril 2018, recommandait déjà de s’en remettre aux élus locaux. 

Pour devenir effectif, l'amendement devra encore être voté par l'Assemblée nationale qui l'examinera avant le mois de juillet, mais l'objectif ne semble pas impossible puisque la mesure de la limitation de vitesse divise jusqu'à Matignon et à l'Elysée, à en croire les informations du Parisien.

A l'occasion d'une rencontre avec le président des Républicains, Laurent Wauquiez, au mois de janvier, Emmanuel Macron avait déclaré à propos de la mesure imposant les 80km/h sur les routes secondaires, selon Le Parisien : «Je n’y suis pour rien dans cette affaire. C’est le Premier ministre et c’était une connerie. D'ailleurs, cette mesure n’était pas dans mon programme.»

Lire aussi : 80km/h sur les routes : le gouvernement peine à calmer la colère des sénateurs et des automobilistes

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»