Jawad Bendaoud condamné en appel à un an de prison pour menaces de mort

- Avec AFP

Jawad Bendaoud condamné en appel à un an de prison pour menaces de mort© JACQUES DEMARTHON Source: AFP
Jawad Bendaoud, en novembre 2018.

Jawad Bendaoud a été condamné à un an de prison avec maintien en détention par la cour d'appel de Paris, qui le jugeait pour des «menaces de mort» contre une victime des attentats du 13 novembre 2015.

Ce 27 mars, la cour d'appel de Paris a condamné Jawad Bendaoud à un an de prison avec maintien en détention pour des «menaces de mort» contre une victime des attentats du 13 novembre 2015. Il avait écopé de six mois de prison en première instance au mois de décembre 2018.

Cette condamnation intervient deux jours avant la décision dans son procès en appel pour «recel de malfaiteurs terroristes». Après avoir été relaxé dans ce dossier en février 2018, il a en effet été rejugé en novembre et décembre pour avoir logé deux djihadistes du 13-Novembre, dont Abdelhamid Abaaoud, l'un des cerveaux présumés des attaques qui ont fait 130 morts à Paris et Saint-Denis.

C'est à la sortie de ce procès, le 5 décembre, qu'une altercation s'était produite entre Jawad Bendaoud, qui comparaissait alors libre, et Sarah Z., une victime des attentats qui venait de témoigner. Celle-ci l'a accusé de l'avoir menacée de mort dans les couloirs du palais de justice : «Je vais te tuer. Tu vas voir ce que je vais te faire», avait-il, selon  les affirmations de Sarah Z., prononcé à son encontre.

Jawad Bendaoud a de son côté nié ces menaces. Lors du premier procès pour «menaces de mort», le 11 décembre, il a affirmé lui avoir dit : «Evite de dire que je suis coupable alors que tu ne sais pas si je suis coupable».

La condamnation a donc été aggravée en appel, passant de six mois de prison à un an avec maintien en détention. Il sera donc dans le box des prévenus le 29 mars pour entendre la décision de la cour d'appel. Il a toujours clamé son innocence, affirmant qu'il ne savait pas que les deux hommes qu'il hébergeait étaient des djihadistes du 13-Novembre.

Interrogé par le journal Le Figaro, l'avocat de la plaignante s'est félicité de cette condamnation : «Ma cliente avait été très choquée d'être agressée verbalement par Jawad Bendaoud alors qu'elle venait de vivre un moment fort en réussissant pour la première fois à s'exprimer en public sur les événements du 13-Novembre. Aujourd'hui, elle a le sentiment que sa parole a été entendue par la cour.»

Lire aussi : «Ma mère, la reine des p****, si je mens» : Jawad s'emporte, hurle et crache à son procès

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»