Sénat et affaire Benalla : la Macronie fait bloc, Philippe et Ferrand boycottent la chambre haute

Sénat et affaire Benalla : la Macronie fait bloc, Philippe et Ferrand boycottent la chambre haute© Guillaume Souvant Source: AFP
Edouard Philippe et Richard Ferrand le 11 septembre 2018 à Tours.
Suivez RT France surTelegram

Branle-bas de combat au sommet de l'Etat : le chef du gouvernement et le président de l’Assemblée nationale ont décidé de boycotter deux événements institutionnels en réaction à la transmission à la justice par le Sénat de possibles faux témoignages.

La Macronie se serre les coudes ce 21 mars après la décision du Bureau du Sénat d'alerter la justice pour les possibles faux témoignages d'Alexandre Benalla, de Vincent Crase et de Patrick Strzoda devant la commission d'enquête.

Ce même jour, le Premier ministre Edouard Philippe a «décidé de ne pas aller» aux rituelles questions au gouvernement au Sénat, en signe de désaccord avec la décision de la chambre haute. Peu auparavant, le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand, avait de son côté pris la décision de «ne plus participer» à une conférence commune prévue le lendemain avec son homologue du Sénat, Gérard Larcher. Dans un communiqué, il a dénoncé une utilisation des «fonctions de contrôle parlementaire à des fins politiciennes» par le Bureau du Sénat.

Alors que l'opposition a unanimement salué la décision des sénateurs, la majorité présidentielle tire à boulets rouge sur la chambre haute du Parlement. Car si la présidence s'est refusée à tout commentaire dans l'immédiat, le délégué général de La République en marche (LREM), Stanislas Guerini, a rapidement dénoncé l'instruction d'«un procès politique contre l'Elysée» par le palais du Luxembourg, dont «l'intention cachée» serait, selon lui, d'«attaquer le président de la République». Une vision complotiste ? Elle est en tout cas partagée par le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, qui a estimé que rien «ni en fait, ni en droit» n'était fondé dans la décision sénatoriale, fustigeant par là-même une partie de l'assemblée des sages pour s'être muée, selon lui, «en tribunal politique». «Le rôle du Sénat, ça n'est pas d'affaiblir, de diviser et de faire en sorte que le pays ne retrouve pas l'unité nationale dont nous avons tant besoin. C'est politiquement bas et c'est moralement très grave», a-t-il poursuivi.

Gilles Le Gendre, le chef de file des députés LREM, a fait savoir sur Twitter que ses troupes dénonçaient «l'instrumentalisation de l'affaire Benalla par le bureau du Sénat qui s'érige une nouvelle fois en tribunal politique», ajoutant tout de go : «Cette manœuvre sans fondement juridique abîme l'institution et la projette très loin des attentes concrètes des Français.»

Le député LREM Sacha Houlié a également tancé un «coup de force du Sénat», l'affublant du qualificatif d'«accusateur public». «La confusion des genres est totale. Sa méprise sur son rôle est une forme de déconnexion. Celle-ci devra être traitée», a poursuivi l'avocat trentenaire.

Lire aussi : Bourde au TGI ? Mis dans un box commun, Benalla et Crase auraient échangé pendant une heure

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix