L'extrême-droite et l'extrême-gauche sont-elles solubles dans le même euroscepticisme?

© Mal Langsdon Source: Reuters

L'économiste Jacques Sapir a lancé un appel visant à rassembler les forces politiques contre l'Euro-libéralisme et le diktat allemand. Associer le Parti de Gauche au FN, en passant par Debout la France : l'idée séduit, tout autant qu'elle révulse.

«A partir du moment où l'on se donne comme objectif prioritaire un démantèlement de la zone Euro, une stratégie de large union, y compris avec des forces de droite, apparaît non seulement comme logique mais aussi nécessaire» lance Jacques Sapir sur son blog, ainsi que dans une interview que l'économiste a accordée au FigaroVox.

Convoquant le Conseil National de la Résistance durant la Seconde guerre mondiale, Jacques Sapir a donc invité le Parti de Gauche, Debout la France et le Front national à faire aujourd'hui tribune commune, voire plus, «pour démanteler l'Euro et aussi pour organiser l’économie le "jour d’après"». 

Il y a ceux qui applaudissent des deux mains, comme chez les souverainistes de Nicolas Dupont-Aignan. Dominique Jamet, vice-président du parti Debout la France a ainsi expliqué à RT: «Ce combat essentiel que nous avons à mener pour l'indépendance nationale et pour le non-alignement de la France sur les puissances dominantes de l'ordre libéral -au sein de l'Union européenne ou vis-à-vis des Etats-Unis- doit passer avant tout autre chose, et même avant les clivages politiques». Si pour Dominique Jamet, tous ces partis «doivent garder leurs particularités» pourquoi ne pas imaginer comme le «visionnaire Sapir, une campagne commune s'il devait il y avoir par exemple un référendum sur la sortie de l'Euro» ? Quant à imaginer de gouverner ensemble, DLF ne ferme pas la porte à condition que «tous les partis se donnent des gages».

Un enthousiasme que ne partage pas pleinement le Front National même si la démarche de Jacques Sapir est saluée par Florian Philippot, le vice-président. «Je pense que cet appel de Jacques Sapir est plus intellectuel qu'électoral. Réfléchir avec Dupont-Aignan, ou même avec Chevènement, sur l'Euro -et c'est une question en effet essentielle à nos yeux- c'est tout à fait souhaitable, mais cela ne veut certainement pas dire qu'il y aura derrière des alliances électorales entre nos partis. Néanmoins, en 2005, pour le référendum sur le traité européen, le "non" l'a emporté alors que les partis ne faisaient pas de meeting commun !». Quid du Parti de Gauche pour Florian Philippot ? «Partager une tribune avec le Parti de Gauche, personnellement c'est non ! Déjà parce que leur position sur l'Euro, je ne la trouve vraiment pas claire- ils sont pour, ils sont contre, on ne sait pas- et puis leur haine viscérale du FN ne permettrait pas ce genre d'initiative. Enfin au final, nous nous opposons avec le Parti de Gauche sur bien d'autres sujets que l'Euro».

Un constat que partage la conseillère de Paris et porte-parole du Parti de Gauche. Dénonçant «l'irresponsabilité» de l'économiste Jacques Sapir, Danielle Simonnet évoque une «alliance contre-nature avec un parti xénophobe». «La vision de Jacques Sapir brouille la grille de lecture des Français. Ceux qui associent ainsi l'extrême-droite à l'autre gauche, le font pour décrédibiliser la proposition du sommet internationaliste du plan B anti-austérité, anti-diktat allemand, tout comme ils avaient tout mis en oeuvre pour décrébiliser le "non" de gauche en 2005» s'agace ainsi Danielle Simonnet, qui rappelle que pour le Parti de Gauche, «la sortie de l'Euro peut être un outil nécessaire mais sûrement pas une fin en soi, et ne saurait être déconnectée de la désobéissance aux traités d'austérité européens. Le Front national et Marine le Pen soutiennent, eux, la règle des 3% des déficits publics, les politiques de libéralisation et de baisse du coût du travail, la privatisation des services publics, ainsi que le remboursement des dettes illégitimes des Etats. Ce projet n'est pas le nôtre ! ». 

«Visionnaire» pour les uns, «irresponsable» pour les autres, Jacques Sapir avec cet appel inédit n'a en tout cas laissé aucun parti indifférent. 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales