Migrants : depuis la Grèce, Dupont-Aignan dénonce les accords de Schengen et s'en prend à la Turquie

Migrants : depuis la Grèce, Dupont-Aignan dénonce les accords de Schengen et s'en prend à la Turquie© Charles Platiau Source: Reuters
Suivez RT France surTelegram

En visite sur l'île grecque de Leros, où affluent depuis des mois des milliers de migrants, le président du mouvement Debout la République a appelé à suspendre les accords de Schengen et a critiqué l'état turc qu'il accuse de mener un «double-jeu»

En venant sur l'île grecque de Leros, qui se situe à quelques kilomètres à peine des côtes turques et qui est particulièrement touchée par la crise migratoire actuelle, Nicolas Dupont-Aignan voulait «se rendre compte de la situation» par lui-même.

Et à l'issue de cette journée, le président du mouvement Debout la République a fait part à l'AFP de ses constations. Il assure ainsi avoir vu «des zodiac tout neufs et moyens importants [qui faisaient la navette entre la Turquie et Leros] lui faisant penser que la Turquie ne peut pas ne pas savoir ce qui se passe». «Sa responsabilité devient criante, il faudrait qu'elle cesse son double jeu» a poursuivi Nicolas Dupont-Aignan, proposant de suspendre l'aide financière que lui attribue l'Europe afin de forcer Ankara à mieux contrôler «ses frontières et les trafics de passeurs».

L'homme politique demande également le rétablissement des frontières nationales et la suspension des accords de Schengen, «ce qui est possible en cas d'urgence» selon lui. Environ 160 000 migrants, Syriens, Afghans ou Irakiens, sont arrivés depuis janvier en Grèce, la plupart par la Turquie. Nicolas Dupont-Aignan a par ailleurs réclamé que la France «mette fin à l'appel d'air des prestations sociales, tant pour les clandestins, avec la suppression de l'Aide Médicale d'Etat (AME), que pour ceux déjà régularisés, avec la mise en place d'un délai de carence de trois ans pour toute prestation sociale et de santé».

Il a enfin souhaité que la France revoie sa politique étrangère en Syrie.

En savoir plus: Libye et crise migratoire: «On ne peut pas provoquer la guerre et s'étonner ensuite du désordre»  

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix