Alexandre Benalla est «éblouissant» et aurait mérité de faire l'ENA, estime Alain Minc

Alexandre Benalla est «éblouissant» et aurait mérité de faire l'ENA, estime Alain Minc© Lionel Bonaventure Source: AFP
Alain Minc, le 22 février 2017 à Paris (image illustration).

Dans des confidences au magazine Challenges, Alain Minc tresse des lauriers à Alexandre Benalla, dont la «maîtrise» tiendrait, selon lui, la dragée haute aux «jeunes hauts fonctionnaires qui sortent de l'ENA avec encore du lait dans le nez».

L'économiste libéral et essayiste Alain Minc, qui s'est confié à Pierre-Henri de Menthon et Airy Routier, journalistes de l'hebdomadaire économique Challenges, a loué les qualités – nombreuses selon lui – d'Alexandre Benalla. Dans des confidences publiées le 10 février, il explique avoir trouvé l'ancien chargé de mission à la présidence de la République «éblouissant» lors de son grand oral devant la commission d'enquête du Sénat, qui l'a auditionné à deux reprises.

«Du haut de ses 26 ans, sous la pression médiatique, Alexandre Benalla en aurait remontré, par sa maîtrise, à tous ces jeunes hauts fonctionnaires qui sortent de l'ENA avec encore du lait dans le nez», s'est enthousiasmé l'ancien conseiller présidentiel.

Selon l'essayiste, visiteur du soir d'Emmanuel Macron, l'ancien adjoint au chef de cabinet de l’Elysée serait de la même trempe que le sulfureux Alexandre Djouhri, un intermédiaire réputé proche de Nicolas Sarkozy et réfugié à Londres.

Un directeur d'école aurait dû repérer Djouhri et Benalla, s'occuper d'eux, ils auraient suivi la filière d'excellence française : l'un aurait fait Polytechnique, l'autre l'ENA

Celui-ci serait en effet «supérieurement intelligent» et «plus performant que beaucoup de patrons du CAC 40». «Un directeur d'école aurait dû repérer Djouhri et Benalla, s'occuper d'eux, ils auraient suivi la filière d'excellence française : l'un aurait fait Polytechnique, l'autre l'ENA», argumente encore Alain Minc étayant sa fascination pour ces deux hommes. Cependant, «comme le système ne les a ni repérés ni reconnus, pour réussir, ils ont pris les tangentes», considère-t-il.

Président d'AM conseil et de la Sanef, l'une des trois principales sociétés autoroutières françaises, Alain Minc conseillerait à ses clients grands patrons, selon Challenges, de découvrir et de mettre à leur service les nouveaux Benalla «avant qu'ils ne partent en zone sombre».

Lire aussi : Benalla : une enquête a été ouverte pour «corruption» dans l'affaire du contrat russe

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»