Benalla : une enquête a été ouverte pour «corruption» dans l'affaire du contrat russe

Benalla : une enquête a été ouverte pour «corruption» dans l'affaire du contrat russe© Alain JOCARD Source: AFP
Alexandre Benalla se présente à la Commission des Lois du Sénat, le 19 septembre 2018 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Selon Mediapart, le parquet national financier a ouvert une enquête pour «corruption» sur le contrat de sécurité passé entre le milliardaire russe Iskander Makhmoudov et Vincent Crase et négocié par Alexandre Benalla lorsqu'il était à l'Elysée.

Selon les informations de Mediapart, qui est également à l'origine des principales révélations dans l'affaire du contrat russe liée à l'affaire Benalla, le parquet national financier (PNF) a ouvert une enquête pour «corruption» sur ce contrat. Celui, négocié «de bout en bout» par l'ancien garde du corps d'Emmanuel Macron du temps où il officiait encore à l'Elysée, a été passé entre le magnat russe Iskander Makhmoudov et Mars, la société de Vincent Crase, à une date où ce dernier était encore chargé de la sécurité du parti LREM.

Dans l’un des documents audios révélés par Mediapart le 31 janvier, on peut entendre Alexandre Benalla se confier lors de la discussion sur différentes affaires, et notamment son implication directe dans un contrat de sécurité signé par Vincent Crase avec l'oligarque russe. 

Plus tôt, en décembre, Mediapart avait révélé l'existence d'un versement de 294 000 euros, le 28 juin 2018, depuis un compte appartenant à Iskander Makhmoudov vers la société de conciergerie de Vincent Crase, dénommée Mars. Une partie des fonds a, selon Mediapart, transité via une société de sécurité privée, du nom de Velours, dont Alexandre Benalla a été conseiller entre 2013 et 2015.

Le contrat avait pour objet la protection de biens immobiliers du magnat russe, dont Forbes estime la fortune à 6,7 milliards de dollars. L'affaire de la vidéo du 1er mai allait mettre un terme au contrat, renouvelable par trimestre. «J'ai signé ce contrat le 6 juin 2018 alors que j'ai quitté le palais de l'Elysée le 4 mai», s'était défendu Vincent Crase lors de sa dernière audition en date par la commission d'enquête sénatoriale, le 21 janvier dernier, affirmant en outre que les négociations elles-mêmes pour ce contrat avaient aussi commencé «après» son départ. 

Lire aussi : Macron «est comme un fou» : les enregistrements explosifs de Benalla révélés par Mediapart

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix