Qui est le manifestant qui a accusé Jérôme Rodrigues de brandir «son œil comme un trophée» ?

Qui est le manifestant qui a accusé Jérôme Rodrigues de brandir «son œil comme un trophée» ?© Capture d'écran vidéo Brut
Francis Pourbagher, ex-directeur de cabinet du maire d'Asnières, fustige les Gilets jaunes lors de la manifestation des Foulards rouges, le 28 janvier 2019 à Paris.

Lors de la manifestation des Foulards rouges, un homme a accusé le Gilet jaune Jérôme Rodrigues, gravement blessé à l’œil, d’instrumentaliser son drame. Il s'agit de Francis Pourbagher, un ancien militant politique condamné par la justice.

Au lendemain de l’acte 11 des Gilets jaunes, le 27 janvier, les Foulards rouges ont battu le pavé à Paris pour «défendre la démocratie et les institutions». Si nombre des participants ont dit partager quelques revendications des Gilets jaunes, l’un d’entre eux a sévèrement critiqué les membres du mouvement citoyen et plus particulièrement Jérôme Rodrigues, l'une de ses figures médiatiques.

Filmé par la caméra du journaliste de Brut Remy Buisine, on peut le voir s’égosiller au niveau de la place de place de la Bastille, point de chute du cortège : «Ces gens aujourd’hui veulent piéger la France. Ils veulent des morts. Ils veulent que la police tire à balles réelles sur des manifestants pour ensuite mettre le feu au poudre. Ils veulent entraîner la France dans l’insurrection, dans la sédition. Moi, le militant de centre-droit, je ferai tout ce qu’il faut [pour les en] empêcher […]. C’est gens-là aujourd’hui [bénéficient] de l’impunité. Ils disent tout ce qu’ils veulent. Ils veulent marcher sur l’Elysée […] sans que l’on puisse dire quoique ce soit.»

Interpellé par cette intervention empreinte de colère, le journaliste lui demande alors s’il est «opposé aux Gilets jaunes». Le manifestant répond, toujours en criant, qu’il n’est pas contre les manifestants du mouvement citoyen mais les accuse d'hypothéquer l’avenir de la France. Une réponse qui déclenche immédiatement les applaudissement de certains manifestants qui l’écoutaient d'une oreille attentive.

Affirmant de nouveau avoir milité un temps au centre-droit, l’homme estime qu’Emmanuel Macron a donné une «espérance à [une] majorité de Français qui ne se reconnaissaient ni à droite ni à gauche». Dans la même veine, il poursuit alors son réquisitoire à l'encontre des Gilets jaunes en les qualifiant de «chemises brunes». 

Puis l'homme poursuit sa charge en égratignant Jérôme Rodrigues, gravement blessé à l'œil à Paris lors de l'acte 11 des Gilets jaunes : «Quand le type, ici même hier [place la Bastille], il s’est pris une balle en caoutchouc dans l’œil, le soir même, qu’est-ce qu’il a fait ? Au lieu de rester chez lui, il s’est pris en photo […] Il a [érigé] son œil comme un trophée. Ce n’est pas responsable», hurle-t-il. Un propos démenti par certaines personnes qui lui rappellent alors que Jérôme Rodrigues est toujours hospitalisé. 

Alors qu’il poursuit son échange avec d’autres personnes, une femme, semble-t-il une journaliste, lui tend le micro et lui demande son identité. «Je m’appelle Francis Pourbagher», répond-il avant de prononcer un énième réquisitoire à l’encontre des Gilets jaunes.

La scène se conclut par un échange tendu entre l'homme et Remy Busine, qui lui reproche de ne pas répondre à sa question au sujet de ses convictions politiques. Après plusieurs tentatives du reporter de Brut, l'individu déclare avoir milité au sein de l'ex-UDF et n'appartenir désormais à aucun parti politique.

Intervention à écouter à partir de 1h28 min.

 

Cet ancien directeur de cabinet du maire d'Asnière, a été condamné en 2006 à six mois de prison avec sursis

Très vite, la vidéo a fait le tour des réseaux sociaux. Des élus locaux ont confirmé qu'il s'agissait bien de Francis Pourbagher, ex-directeur de cabinet du maire d'Asnières (Hauts-de-Seine), Manuel Aeschlimann.

Selon un article du Parisien daté de 2006, l'homme a été condamné à six mois de prison avec sursis pour dénonciation calomnieuse à l'égard d'un opposant municipal, alors qu'il dirigeait le cabinet du maire UMP d'Asnières.

Selon l'AFP, les faits remontent au 29 octobre 2003. Ce soir-là, rapporte l'agence, Francis Pourbagher «dit s'être arrêté devant un panneau d'affichage portant un tract d'une association de quartier opposée à la municipalité». L'AFP poursuit : «Au moment où il veut retourner à son véhicule – garé à contresens de l'autre côté de la rue –, il affirme qu'une voiture, dont il a ensuite fourni le numéro d'immatriculation à la police, lui aurait "foncé dessus". La plaque correspond à la voiture de Shebli Anvar, ingénieur au Commissariat à l'énergie atomique (CEA) et membre d'une association de quartier opposée à la mairie». Après u ne enquête de 24 heures, le parquet de Nanterre avait classé la plainte.

Lire aussi : Le Gilet jaune blessé Jérôme Rodrigues à RT France : «Il est important d'amener un message de paix»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»