Gilets jaunes : Nunez estime «proportionné» l'usage des LBD et des grenades de désencerclement

Gilets jaunes : Nunez estime «proportionné» l'usage des LBD et des grenades de désencerclement© Joel Saget Source: AFP
Laurent Nunez lors d'une séance de prises de vue, le 18 janvier 2019 à Paris (image d'illustration).

Au cours d'un déplacement ministériel dans l'Yonne, Laurent Nunez a défendu l'usage des lanceurs de balles de défense (LBD) et des grenades de désencerclement. Selon lui, ils ne sont utilisés qu'à l'encontre «des individus violents, des casseurs».

Interrogé ce 28 janvier lors d'un point presse sur l'utilisation des lanceurs de balles de défense (LBD) et des grenades de désencerclement, le secrétaire d'Etat à l'Intérieur, Laurent Nunez, a estimé que les forces de l'ordre faisaient un usage «proportionné» de ces «armes intermédiaires».

«Nous allons continuer à utiliser ces armes intermédiaires de défense qui ne sont utilisées que quand nous sommes confrontés à des individus violents, des casseurs», a-t-il annoncé au cours de son déplacement dans l'Yonne, alors que certains politiques et commentateurs médiatiques réclament leur interdiction, après que de nombreux Gilets jaunes ont été grièvement blessés. Dernier en date : une des figures du mouvement, Jérôme Rodrigues, blessé au niveau de l’œil sur la place de la Bastille à Paris, lors de l’acte 11. Le lendemain, le secrétaire d'Etat avait affirmé qu'aucun élément ne permettait de mettre en cause un tir de balle de défense.

Lire aussi : Blessure de Jérôme Rodrigues : les deux versions qui s'opposent

A l'appui de son propos ce 28 janvier, Laurent Nunez a évoqué le cadre dans lequel s'est déroulé le tir qui a touché le Gilet jaune médiatique : «Un groupe de quelques centaines d'individus, qui étaient manifestement des casseurs, se sont détachés de la manifestation des Gilets jaunes pour aller attaquer les forces de l'ordre sur la place de la Bastille».

Des «armes intermédiaires» sans lesquelles des policiers auraient pu être tués, selon Nunez

Selon le membre du gouvernement, sans l'utilisation de ces «armes intermédiaires», il y aurait «des policiers et des gendarmes qui auraient été sévèrement pris à partie, voire même tués». Il estime également qu'il ne faut pas «laisser penser» qu'il y aurait une «généralisation» de ces outils, évoquant une analyse «totalement inexacte». Devant les députés de la commission des lois de l'Assemblée nationale, son ministre de tutelle, Christophe Castaner, a expliqué le 22 janvier qu'il souhaitait que tous les policiers qui portent des LBD soient équipés de caméras piéton.

Selon RTL pourtant, dans un télégramme du ministère de l'Intérieur censé détailler les conditions d'utilisation de ces caméras, on pourrait lire : «En aucun cas, l'absence d'enregistrement ne peut constituer un motif invalidant le recours aux lanceurs de balles de défense.»

Macron et Nunez rendent hommage aux forces de l'ordre

Laurent Nunez a en outre apporté son soutien aux forces de police et de gendarmerie lors d'une visite au commissariat de Sens : «Je tiens à vous remercier pour votre engagement et vous dire que nous attendons que ça continue, mais je sais votre courage et votre détermination pour y faire face.»

Concomitamment, environ trente Gilets jaunes manifestaient devant la mairie de Sens, où il s'est rendu afin de s'entretenir avec le maire (LR) Marie Louise-Fort sur les questions de coopération entre police nationale et police municipale, de vidéosurveillance ou encore de police de sécurité du quotidien. «Ce n'est pas parce que nous sommes mobilisés toutes et tous sur le mouvement des Gilets jaunes que la vie et que la politique de sécurité ne continuent pas», a pointé le secrétaire d'Etat.

Le même 28 janvier, Emmanuel Macron, en déplacement au Caire, a abordé lui aussi abordé la question des Gilets jaunes : «Je déplore que 11 de nos concitoyens français aient perdu la vie durant cette crise [...] Je note qu'ils ont bien souvent perdu la vie en raison de la bêtise humaine mais qu'aucun d'entre eux n'a été la victime des forces de l'ordre.» Et le chef d'Etat français de conclure : «Ce que la France vit depuis plusieurs semaines est inédit et je veux rendre hommage au professionnalisme des forces de l'ordre dans ce contexte.»

Lire aussi : 500 plaintes contre le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner ont été classées sans suite

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»