Le gouvernement exclut l'idée d'abandonner l'usage des LBD dans les manifestations

Le gouvernement exclut l'idée d'abandonner l'usage des LBD dans les manifestations© Christophe ARCHAMBAULT Source: AFP
Policiers armés de LBD40 en marge d'une manifestation des Gilets jaunes à Paris le 15 décembre 2018.

Interrogé devant le Sénat sur la possibilité d'interdire l'usage des Lanceurs de balles de défense pour le maintien de l'ordre, Laurent Nunez a balayé l'idée, arguant du fait que des policiers auraient pu être «lynchés» sans ces armes.

La sénatrice Esther Benbassa a profité de de la traditionnelle séance de questions au gouvernement ce 17 janvier pour évoquer l'idée d'abandonner l'utilisation des lanceurs de balles de défense (LBD, dont le «flashball» fait partie), par les représentants de la force publique dans le cadre des opérations de maintien de l'ordre, une demande déjà formulée par le défenseur des droits, Jacques Toubon. 

«N'est-il pas temps de mettre un terme à cette répression d'une brutalité intolérable et d'interdire, comme le préconise le défenseur des droits, l'utilisation d'armes non létales par les forces de l'ordre ?», a demandé, sous les hués d'une partie des sénateurs, l'élue Europe-Ecologie-Les Verts (EELV) au ministre de l'Intérieur au terme d'un discours dénonçant les violences policières et les tirs non réglementaires ayant émaillé les mobilisations des Gilets jaunes.

Répondant au nom du gouvernement, le secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Intérieur, Laurent Nunez, est revenu sur le contexte des manifestations des Gilets jaunes, caractérisé par des manifestations «non déclarées» et «non encadrées». Sur l'attitude des manifestants, le secrétaire d'Etat a évoqué des personnes qui «pas parfois, mais très souvent, s'en prennent de manière extrêmement violente et agressive aux policiers» en leur jetant des projectiles.  

«Et beaucoup [de policiers] nous disent qu'ils ont le sentiment plutôt qu'on cherche à les tuer», a expliqué plus tard le secrétaire d'Etat avant de souligner que l'usage des armes pour «la riposte» se faisait de manière «proportionnée» par des forces de l'ordre présentes pour «protéger» les manifestants. Quant aux LBD, ils ne sont utilisés, selon Laurent Nunez, que lorsque les policiers sont «vraiment acculés» et dans «des conditions très strictes». 

«Et je peux vous dire que si les policiers [...] ne faisant pas usages de ces moyens de défense, peut-être que certains d'entre eux auraient été lynchés», a conclu le secrétaire d'Etat pour balayer l'hypothèse d'une interdiction des LBD.  

Le 10 janvier, un rapport remis par le défenseur des droits, Jacques Toubon, au président de l'Assemblée nationale préconisait l'interdiction des LBD pour le maintient de l'ordre, jugeant «dangereux et problématique» la portée du LBD40, le modèle le plus répandu. La même arme était aussi jugée «susceptible de blesser grièvement» et d'engendrer des «réactions imprévisibles» de la part de manifestants témoins d'une telle scène. 

Lire aussi : Des policiers reconnaissent des «actes violents», mais invitent les politiques à endosser l'uniforme

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»