Olivier, pompier volontaire Gilet jaune visé par un tir de LBD40 à Bordeaux, plongé dans le coma

Olivier, pompier volontaire Gilet jaune visé par un tir de LBD40 à Bordeaux, plongé dans le coma© MEHDI FEDOUACH / AFP
Ce Gilet jaune qui manifestait le 12 janvier à Bordeaux reçoit les premiers soins après avoir été heurté en pleine tête par un LBD40 tiré par les forces de l'ordre.

Touché à la tête par un tir de lanceur de balles de défense des forces de l'ordre lors de l'acte 9 des Gilets jaunes à Bordeaux, un manifestant a été placé en coma artificiel après une hémorragie cérébrale.

Un Gilet jaune qui avait été touché en pleine tête par un tir de lanceur de balles de défense (LBD40) lors de l'acte 9 du mouvement à Bordeaux, a été placé en coma artificiel et opéré d'une hémorragie cérébrale, selon son épouse citée par Libération ce 14 janvier.

Ce pompier volontaire avait été la cible d'un LBD40 tiré alors qu'il s'enfuyait le 12 janvier. La scène avait été filmée et diffusée sur les réseaux sociaux. La police des polices, l'IGPN a été saisie par le préfet de Gironde et le parquet.

Devant l’hôpital Pellegrin à Bordeaux, où le manifestant a été admis, des bougies ont été allumées par des Gilets jaunes, venus lui apporter des messages de soutien.

«Olivier n’avait absolument rien à se reprocher. Il n’a rien cassé contrairement à ce que certains peuvent écrire sur Internet. Les policiers lui ont tiré dessus, à la tête, alors qu’il ne présentait aucun danger. Mon mari n’est pas un délinquant», a affirmé sa femme, interrogée par Sud-Ouest. Elle a ajouté que les médecins se montraient «rassurants pour la suite».

Contactée par le site CheckNews de Libération, la préfecture de Bordeaux avait assuré que les forces de l’ordre intervenaient pour disperser des Gilets jaunes qui «essayaient de casser les vitrines» d'un magasin, avançant par ailleurs, que les individus «qui ont couru sont probablement ceux qui se sentaient en faute».

Au moins 93 personnes ont été gravement blessées, pour la plupart par des tirs de LBD40 des forces de l'ordre, depuis le début du mouvement des Gilets jaunes le 17 novembre.

Lire aussi : Une campagne d'affichage choc en l'honneur des Gilets jaunes mutilés (PHOTOS)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter