Incendie devant les locaux du Parisien : Twitter s'enflamme puis se rétracte

Incendie devant les locaux du Parisien : Twitter s'enflamme puis se rétracte© Lucas Léger
Les pompiers interviennent pour maîtriser l'incendie le 29 décembre à Paris

L'incendie d'origine vraisemblablement accidentelle survenu devant les locaux du quotidien local Le Parisien a suscité dans un premier temps la vive émotion de plusieurs personnalités qui y ont vu, à tort, une atteinte à la liberté de la presse.

Après s'être indignées un peu vite sur Twitter de l'incendie ayant touché plusieurs voitures devant les locaux du quotidien le Parisien, de nombreuses personnalités se sont discrètement rétractées. Car peu après le sinistre, survenu dans le XVe arrondissement de la capitale, la piste de l'incendie criminel a été écartée. 

Irresponsable et scandaleux

La journaliste Catherine Gasté, grand reporter au Parisien, a été l'une des premières à dénoncer l'incendie sur le réseau social : «Irresponsable et scandaleux», s'est-elle indignée avant de supprimer son tweet, repris tel quel par de nombreuses personnalités, dont le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand, agrémenté d'un commentaire évoquant la «haine des libertés». «Je n’ai pas écrit Gilets jaunes», a temporisé plus tard la journaliste sur Twitter, répondant aux critiques qui lui reprochaient son emportement. 

Mea culpa !

L'essayiste Raphaël Glucksmann a quant à lui préféré commenter l'événement au moyen d'une considération générale sur la «dérive inquiétante» de l'hostilité aux journalistes. «Si l’incendie devant le Parisien est accidentel, mea culpa !», s'est-il excusé. 

Cette surréaction émotionnelle et infondée n'a semble-t-il pas été du goût de la journaliste Aude Lancelin, qui a tancé ceux qui voulaient y voir l'«incendie du Reichstag des Gilets jaunes». 

Autre suppression de tweet remarquée, celle du ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, qui a appelé à la vigilance en évoquant, non sans détails, la piste accidentelle dans un premier temps... avant de n'évoquer, après correction, qu'une «enquête en cours» visant à déterminer l'origine de l'incendie. 

Les réactions de joie exprimées dans les commentaires de groupes de sympathisants des Gilets jaunes sur Facebook devant la perspective d'un incendie criminel ont également suscité l'indignation de Twitter. 

Lire aussi : Paroles de Gilets jaunes lors de l'acte 7 : «C'est le mouvement de la France qui souffre»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»