France, un ex-otage des frères Kouachi porte plainte contre plusieurs médias

La foule de journalistes devant l'imprimerie de Dammartin-en-Goele, lieu où s'étaient retranchés les frères Kouachi© Eric Gaillard Source: Reuters
La foule de journalistes devant l'imprimerie de Dammartin-en-Goele, lieu où s'étaient retranchés les frères Kouachi

Lilian Lepère estime que sa vie a été mise en danger et a porté plainte contre trois médias: RMC, France 2 et TF1. Il estime en effet que ces médias, en évoquant la possibilité de sa présence dans l'usine, auraient pu alerter les frères Kouachi.

Caché sous un évier pendant 8 heures alors que les frères Kouachi était retranchés dans l'imprimerie qui l'employait à Dammartin-en-Goele, Lilian Lepère avait alors guidé les forces du RAID jusqu'à l'assaut final.

Seulement, durant la longue attente, certains médias avaient pris le risque de parler de la présence évientuelle d'un employé dans l'usine que les frères Kouachi pensaient pourtant vide. Depuis, on a appris que ces terroristes responsables de la tuerie de Charlie Hebdo suivaient attentivement ce que les médias diffusaient en temps réel.

Sur RMC, un député de Seine-et-Marne avait alors évoqué un membre du personnel caché tandis que France 2 confirmera quelques heures plus tard l'information dans son JT de 13 heures Sur TF1, un reporter suggèrera également la présence d'un otage dans les locaux.

La plainte de Lilian Lepère a entraîné l'ouverture d'une enquête par le parquet de Paris portant sur ces différentes interventions diffusées en direct.

Cette plainte s'ajoute à celle des six otages cachés dans la chambre froide du supermarché Hyper Cacher alors qu'Amédy Coulibaly ignorait leur présence. Cette plainte a visé BFMTV qui avait indiqué en temps réel que des otages étaient cachés dans la supérette.

Les plaignants s'appuient notamment sur des communiqués du Conseil Supérieur de l'Audiovisuel. Le gendarme de l'audiovisuel avait adressé à 16 médias 21 mises en demeure portant sur leur couverture des attentats de Paris.

 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales