Quand l'ombre d'Alexandre Benalla plane sur la visite d'Emmanuel Macron au Tchad

Quand l'ombre d'Alexandre Benalla plane sur la visite d'Emmanuel Macron au Tchad© Gonzalo Fuente Source: Reuters
Alexandre Benalla accompagne Emmanuel Macron lors d'un déplacement, le 12 avril 2018.

L'ex-conseiller de l'Elysée Alexandre Benalla a effectué début décembre un court séjour au Tchad. Cette visite, intervenue quelques jours avant celle du chef de l’Etat, n’est pas sans mettre l’Elysée dans l’embarras.

Alexandre Benalla s'est rendu début décembre à N'Djamena, la capitale du Tchad. Un déplacement intervenu quelques jours avant la visite officielle d'Emmanuel Macron qui a réveillonné avec les soldats français déployés dans le cadre de l'opération Barkhane. Selon Le Monde, qui cite des «sources concordantes», le passage du sulfureux ex-chargé de mission à l'Elysée, est loin de s'être déroulé dans la discrétion. L’une d’elles rapporte en effet qu’il «est venu accompagné d’une demi-douzaine de personnes, par avion privé, réglant les frais par carte bleue», dont les frais inhérents à son séjour dans le très luxueux Hôtel Hilton de la capitale tchadienne.

Cette même source rapporte également qu’il aurait rencontré Oumar Déby, le frère du président tchadien, à la tête de la Direction générale de la réserve stratégique (DGRS), chargée d’acheter du matériel militaire. 

L'Elysée mis dans l'embarras

L'épisode n’a pas été passé sous silence lors de l’entrevue entre le président français et son homologue tchadien Idriss Deby : «Emmanuel Macron a tenu à faire savoir [le 22 décembre] à Idriss Déby que cette personne n’était en aucun cas un intermédiaire officieux ou officiel», assure l’Elysée au Monde. «Seuls le ministre des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, le conseiller diplomatique du président, Philippe Etienne, et Franck Paris, son conseiller Afrique, peuvent se prévaloir du chef de l’Etat [en Afrique]», précise le palais présidentiel, assurant à cette occasion que le locataire de l’Elysée souhaitait «absolument rompre avec la République des intermédiaires, notamment en Afrique». 

Depuis son licenciement, Alexandre Benalla continue de faire parler de lui, et pas seulement pour ses déboires judiciaires liés à ses interventions litigieuses aux côtés de la police le 1er mai dernier. Il aurait rencontré le 5 septembre dernier Alexandre Djouhri, le sulfureux lieutenant de Sarkozy, dans un luxueux hôtel londonien, selon LibérationArrêté à Londres le 7 janvier après avoir fait l’objet d’un mandat d’arrêt européen, l’homme d’affaires controversé est suspecté d'avoir participé, en 2007, au financement libyen de la campagne présidentielle de l'ancien président de la République. 

Lire aussi : Alexandre Benalla à nouveau mis en examen pour des violences le 1er mai à Paris

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»