«Ça leur fera un souvenir» : Ségolène Royal défend l'arrestation polémique de lycéens

«Ça leur fera un souvenir» : Ségolène Royal défend l'arrestation polémique de lycéens© Ludovic MARIN / POOL Source: AFP
Ségolène Royal a tenu une position différente de la gauche sur l'arrestation des lycéens à Mantes-la-Jolie

Ségolène Royal prend à contre-pied l'ensemble de la gauche. L'ancienne ministre n'hésite pas à défendre l'attitude des forces de l'ordre à Mantes-la-Jolie qui ont forcé des lycéens à s'agenouiller, les mains derrière la tête, le 6 décembre.

Ségolène Royal est allée à contre-courant de la majorité de la gauche le 9 décembre. Invitée sur le plateau de Cnews et Europe 1 pour évoquer l'arrestation controversée de lycéens à Mantes-la-Jolie, l'ancienne candidate socialiste à la présidentielle de 2007 assume être «du côté de ceux qui rétablissent la sécurité» et qui ont peut-être permis à des victimes d'être «protégées».

Ségolène Royal confesse avoir été initialement «surprise» par les images de l'arrestation : des jeunes agenouillés, les mains derrière la tête, après des échauffourées dans la ville des Yvelines le 6 décembre, dans le cadre de mobilisations lycéennes contre la politique éducative du gouvernement. «Au lieu d'être à genoux, ils pouvaient peut-être être assis», poursuit-elle.

C'était quand même terrible, il y avait [...] des bonbonnes de gaz jetées dans des bennes à ordures qui auraient pu flamber, il y a une femme seule qui a été agressée, il y a eu des voitures incendiées, il y a eu un déferlement de sauvageries

Puis, elle avoue avoir changé d'avis lorsqu'elle a visionné les événements à Mantes-la-Jolie : «C'était quand même terrible, il y avait [...] des bonbonnes de gaz jetées dans des bennes à ordures qui auraient pu flamber, il y a une femme seule qui a été agressée, il y a eu des voitures incendiées, il y a eu un déferlement de sauvageries.»

Il n'y a eu aucun blessé, il n'y a eu aucun problème

Ségolène Royal dénonce alors la présence de casseurs se mêlant aux lycéens et félicite les policiers qui «ont parfaitement bien réglés les choses». «Il n'y a eu aucun blessé, il n'y a eu aucun problème», tient-elle à rappeler.

L'ancienne ministre de l'Environnement concède que les images ont pu choquer «les plus anciens parce que cela rappell[ait] peut-être d'autres images», mais ajoute : «Ça ne leur a pas fait de mal à ces jeunes de savoir ce qu'est le maintien de l'ordre, la police, se tenir tranquille. Ça leur fera un souvenir.» «C'est pas mal pour leur redonner le sens des réalités», ajoute-t-elle. Des propos que ne devraient guère goûter le reste de la classe politique de gauche. Des élus insoumis au patron du Parti socialiste, Olivier Faure, elle avait manifesté son indignation face à cette scène.

Ce 9 décembre, en outre, Ségolène Royal a déclaré qu'elle déciderait en janvier de son éventuelle candidature aux élections européennes de mai, en fonction de la possibilité ou pas d'un «rassemblement» à gauche.

Lire aussi : Acte 4 de la mobilisation des Gilets jaunes à Paris : les moments forts en vidéo

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»