La permanence de la députée LREM Claire O'Petit vandalisée à coup de masse

- Avec AFP

La permanence de la députée LREM Claire O'Petit vandalisée à coup de masse© Charles Platiau Source: Reuters
Le député LREM de l'Eure Claire O'Petit.

La permanence de Claire O’Petit, députée LREM de l’Eure, a été dévastée à coups de masse à Vernon par un individu qui a réussi à prendre la fuite, selon des informations provenant de plusieurs sources concordantes.

La permanence à Vernon de la députée de La République en marche de l'Eure Claire O'Petit a été vandalisée le 29 novembre.

«Les faits ont eu lieu aux alentours de 18h, sept impacts de masse ont été relevés sur les vitres de la permanence qui était vide», a fait savoir à l’AFP le commandant Joël Bachelet, chef du commissariat de Vernon le 29 novembre.

«L’individu, ganté, cagoulé et vêtu de noir a pris la fuite», a poursuivi le policier, précisant «qu’une enquête, conduite par le parquet d’Evreux, a été ouverte pour dégradation volontaire».

«Ce sont des actes inadmissibles et je porterai plainte dès demain», a réagi de son côté Claire O’Petit.

«Cela fait plusieurs jours que je suis avertie par les services de police de menaces qui pèsent sur mes deux permanences dans le département», a-t-elle ajouté, assurant que la surveillance «avait été renforcée» autour de ses permanences et de son domicile ces derniers jours.

La députée relie ces faits à sa participation à une émission organisée le 28 novembre sur LCI et consacrée au mouvement des Gilets jaunes. «Mon discours n’a pas plu à certains et ils ont voulu se venger», a-t-elle déclaré.

Le 19 octobre, par communiqué de presse, la parlementaire avait expliqué avoir porté plainte après avoir reçu «des menaces de mort», la visant elle, mais aussi «des élus des partis LREM, UDI et LR».

«Il n'est malheureusement pas étonnant qu'au vu des comportements odieux et antidémocratiques de certains de nos élus, les paroles et les actions de haine s'aggravent et se libèrent», avait-elle également estimé.

Lire aussi : Les députés de gauche saisissent le Conseil constitutionnel contre la loi anti-fake news

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»