LREM visé par une enquête sur l'origine de 144 000 euros de dons

- Avec AFP

LREM visé par une enquête sur l'origine de 144 000 euros de dons© Emmanuel Foudrot Source: Reuters
Les militants marcheurs avaient désigné Christophe Castaner à la tête du parti en novembre 2017.

Le parti présidentiel est visé par une enquête préliminaire ouverte par le parquet de Paris. Elle cherche à déterminer l'origine de 144 000 euros de dons reçus en 2017 par La République en marche, selon l'AFP qui cite une source judiciaire.

Le parquet de Paris a ouvert ce 20 novembre une enquête préliminaire sur l'origine non-identifiée de 144 000 euros de dons reçus en 2017 par La République en marche (LREM), selon l'AFP qui cite une source judiciaire.

Cette enquête fait suite à un signalement du 12 novembre de la Commission nationale des comptes de campagne (CNCCFP), qui «a dénoncé au parquet de Paris des faits susceptibles de constituer une infraction à la législation sur la transparence de la vie publique», selon la même source.

La CNCCFP a fait ce signalement suite «au contrôle des justificatifs de recettes transmis par l'association du financement du parti LREM et à l'impossibilité d'identifier l'origine de certains dons perçus au cours de l'année 2017 pour un montant total de 144 000 euros effectués par chèques, virements ou bien encore paiements électroniques.»

L'identification des donateurs est nécessaire pour vérifier qu'une même personne n'a pas dépassé le plafond autorisé pour les versements à des partis politiques. Ce plafond est fixé à 7 500 euros par personne et par an.

L'enquête a été confiée à la police anticorruption de l'Office central de lutte contre les infractions financières et fiscales (OCLICCF).

«Il y aura aussi des perquisitions à domicile ?», s'interroge Mélenchon

Le chef de file de La France insoumise (LFI), Jean-Luc Mélenchon, qui avait contesté avec virulence les perquisitions menées chez lui et au siège de son mouvement mi-octobre dans le cadre de deux enquêtes du parquet de Paris, a aussitôt réagi sur Twitter. «Il y aura aussi des perquisitions à domicile ? Le fichier des adhérents et donateurs sera confisqué aussi ? Ou bien ce sera ouvertement deux poids deux mesures ?», a-t-il écrit.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter